GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: la trêve de Wadi Barada doit permettre le retour de l’eau potable à Damas

    media Combattants rebelles dans le nord de la Syrie, dans la ville de al-Rai, le 5 janvier 2017 (photo d'illustration) REUTERS/Khalil Ashawia

    En Syrie, un accord de désengagement a été conclu à Wadi Barada, à 18 km au nord-ouest de Damas, entre les forces du régime et les rebelles. La trêve, entrée en vigueur ce samedi matin, est relativement respectée après des combats qui ont fait une dizaine de morts dans la nuit de vendredi à samedi. Si les belligérants respectent leurs engagements, l’alimentation de Damas en eau potable, coupée depuis le 22 décembre, devrait s’améliorer dans les prochains jours.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le niveau de violence a sensiblement baissé à Wadi Barada depuis l’entrée en vigueur ce samedi matin d’une trêve conclue sous l’égide de la Russie. Les duels d’artillerie et les raids aériens ont cédé la place à des tirs sporadiques, après huit jours de violents affrontements dans cette région qui abrite les sources d’eau alimentant Damas.

    L’accord de désengagement, conclu entre des négociateurs russes et des notables de la région, a été confirmé par l’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui en a publié les grandes lignes. Il prévoit l’entrée d’équipes de maintenance à la source d’Al-Fija, qui alimente Damas en eau potable, pour y réparer les dégâts.

    Quatre millions de personnes sont privées d’eau courante dans la capitale syrienne et ses environs depuis le 22 décembre. Le gouvernement syrien accuse les rebelles d’avoir contaminé l’eau au diesel. Les insurgés affirment que les installations de la source ont été détruites par les raids du régime.

    L’accord est semblable à ceux qui ont été conclus autour de Damas ces derniers mois. Il prévoit le retrait vers Idleb des combattants qui ne sont pas originaires des villages de la région, accompagnés des membres de leurs familles. Les autres bénéficieront de la loi d’amnistie. L’armée syrienne se déploiera aux entrées des villages mais les services de sécurité ne sont pas autorisés à pénétrer dans les maisons.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.