GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: les contours de la réunion d’Astana se précisent

    media Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à Moscou, le 17 janvier 2017. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Pour la première fois depuis le début du conflit en 2011, les Etats-Unis ne seront pas parties prenantes dans les pourparlers d’Astana sur la Syrie, même si Moscou souhaite que la nouvelle administration de Donald Trump soit invitée au Kazakhstan.

    Ni les Etats-Unis ni les Nations unies ne seront directement impliqués dans ces négociations d'Astana. Mais Sergueï Lavrov l'a réaffirmé ce mardi 17 janvier : il serait juste à ses yeux que des représentants de Donald Trump puissent assister aux discussions, sachant que les pourparlers débuteront trois jours seulement après l'investiture du nouveau président américain.

    Autre confirmation, les discussions d'Astana porteront pour l'essentiel sur l'application du cessez-le-feu et donc sur des questions militaires. A la différence des précédentes tentatives de négociations intersyrienne, Astana sera une « rencontre entre personnes qui s'affrontent les armes à la main et qui contrôlent des territoires concrets », a ainsi rappelé Sergueï Lavrov.

    De ce point de vue, l'annonce par les principaux groupes de la rébellion de leur participation aux discussions d'Astana peut être déjà considérée comme une victoire de la diplomatie russe. Comme à Genève il y a un an, la délégation rebelle sera dirigée par Mohamed Allouche, du groupe rebelle Jaïch al-Islam. Face à lui, le régime enverra un autre visage connu des négociations intersyriennes : Bashar Jaafari, l'ambassadeur de la Syrie auprès des Nations unies.

    En Syrie, l'attente, l'espoir et la peur

    Selon Tariq Dimashqui, militant de l’opposition, la population syrienne attend avec impatience le début de ces discussions avec l’espoir de mettre un terme au conflit. « Ici les gens sont en faveur des négociations. La population est fatiguée et n’en peut plus de cette guerre. La guerre, les batailles, les bombardements n’apportent aucun résultat. Au final il n’y a pas de vainqueurs. Militairement, personne ne prendra le dessus dans ce conflit ni l’opposition, ni le régime. C’est une guerre d’usure où il n’y a que des perdants. »

    Mais le militant nuance néanmoins, si les gens sont prêts à donner « leur chance à ces négociations », ils ont aussi « très peur ». « Ils ont peur de la Russie. La Russie est l’allié du régime de Damas. Du coup on voudrait bien comprendre comment la Russie pourrait jouer son rôle de parrain des négociations tout en restant neutre. La Russie est à la fois juge et partie et cela inquiète les gens ici. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.