GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le groupe EI isole l’armée à Deir Ezzor

    media Un char de l'armée syrienne près de la ville de Deir Ezzor, le 12 novembre 2016. Ayham al-Mohammad / AFP

    Dans l’est de la Syrie, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont réussi, lundi 16 janvier, à isoler l'aéroport militaire du reste des quartiers gouvernementaux de la ville de Deir Ezzor, selon des sources de l’opposition et du régime.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    La garnison de l’armée syrienne n’a jamais été dans une situation aussi difficile depuis la prise de la majeure partie de la province de Deir Ezzor par les jihadistes en 2014. Après trois jours de combats acharnés, qui ont fait plus d’une centaine de morts dans les deux camps, le groupe Etat islamique a réussi à couper en deux le secteur de 30 km², tenu par les troupes gouvernementales.

    L’aéroport, qui approvisionne les 200 000 habitants assiégés dans les quartiers de Deir Ezzor, est maintenant encerclé. Si les jihadistes parviennent à consolider leurs positions, le ravitaillement des civils sera totalement interrompu.

    Deir Ezzor est défendue par des unités d’élite de la Garde républicaine, des partisans du Baas et des milices tribales. Il s’agit notamment du clan de Choueitat, dont 700 membres ont été assassinés par les jihadistes depuis 2014. La garnison est soutenue par des avions et des hélicoptères déployés dans l’aéroport.

    Les défenseurs savent bien que si la ville tombe, les jihadistes commettront un véritable massacre, comme ils l’ont fait il y a un an. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), rappelle que 150 civils avaient été tués et 400 autres enlevés, après la prise du village prorégime de Baghiliya, près de l’aéroport.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.