GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Le musée des Arts islamiques du Caire restauré après l'attentat de 2014

    media Le musée des Arts islamiques du Caire, après deux ans de restauration, a ouvert ses portes. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    En Egypte, le ministère des Antiquités a fêté la réouverture du musée d’Art islamique le jeudi 19 janvier 2017. L’un des plus vieux et des plus importants musée consacré à l’art islamique a été fermé pendant plus de deux ans à la suite d’un attentat en 2014 contre un bâtiment du ministère de l’Intérieur situé juste en face.
     

    De notre correspondant au Caire,

    L’inauguration du musée d'Art islamique fut un moment important en raison des nombreux problèmes que celui-ci a connu ces dernières années. Les conservateurs notamment étaient vraiment émus de voir ce musée reprendre vie. Dans les années 2000, le musée a été fermé pendant 7 ans, pour restauration. Les travaux ont ensuite pris beaucoup de retard. En 2010, il ouvrait enfin ses portes au public. Et moins de 4 ans plus tard, le 24 janvier 2014, une voiture piégée explosait devant la direction de la sécurité du Caire, un bâtiment qui se trouve juste en face du musée. Un attentat revendiqué par le groupe Ansar Beit al-Maqdis, depuis affilié à l’Etat Islamique, qui a fait 4 morts et 70 blessés.

    Une volonté politique de protéger l'héritage égyptien

    Cette explosion meurtrière a aussi partiellement détruit la façade du musée ainsi que 179 pièces antiques, notamment des lanternes en verres de l’époque Mamelouk. La quasi-totalité de ces pièces ont aujourd’hui été restaurées. La nouvelle muséographie montre également les débris de certaines verreries, que les restaurateurs n’ont pas voulu toucher. Une façon de se souvenir des victimes et de montrer aux visiteurs les dégâts causés par les attaques terroristes. L’inauguration a donc pris des tournures politiques, et pour le ministre des Antiquités, Khaled el-Anini, cette réouverture prouve la volonté de l’Egypte de protéger son héritage, et de ne pas laisser le terrorisme s’attaquer à l’art et à la culture.  

    Les Emirats arabes unis, l'Italie, les Etats-Unis et l'Unesco ont participé

    C’est une collection assez diverse, composée d’objets datant du VIIe au XIXe siècle venus de tout le monde musulman, notamment d’Iran, d’Inde, de Syrie, d’Irak. On retrouve des pièces en bois, des céramiques de l’époque fatimide, des bains de style islamique, des pièces de monnaie frappées par les différents califats qui se sont succédé. Il y a aussi un remarquable Coran, le premier qui aurait été écrit en arabe sans les points, il a appartenu au calife Uthman ibn `Affan. En tout le musée gère une collection de 100 000 pièces, 5 000 sont exposées. La restauration du musée a pu se faire assez rapidement grâce à des financements extérieurs : les Emirats arabes unis, les Etats-Unis, l’Italie et l’Unesco ont financé le chantier. 

    Un partenariat avec le Louvre

    Le bâtiment situé aux portes du Caire islamique, comporte une belle façade de style néo-Mamelouk, dans la cour intérieure, s’y trouve une fontaine du XIXe siècle provenant de l'île de Roda. Pour faire vivre le musée, une convention de partenariat avec le Louvre a été signé, pour des expositions temporaires, des conférences ou des échanges d’expertises. Cette réouverture inaugure, ce qu’on peut appeler « l’année des musées en Egypte », puisque un grand musée de la civilisation égyptienne va également ouvrir ses portes à la mi-février, le Nemec, retraçant la riche histoire du pays en évoquant les influences pharaoniques, coptes, gréco-romaines, juives du pays.

    Et enfin en 2018 ouvrira le GEM, le Grand musée égyptien, un projet titanesque, les salles d’exposition et de conservation accueilleront plus de 100 000 objets issus de l’époque des Pharaons, à deux pas des grandes pyramides de Guizeh. C’est donc plus que jamais le temps de visiter l’Egypte, un pays qui, on le rappelle, a perdu 60% de ses touristes par rapport à 2010. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.