GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: intenses combats entre factions rebelles et Fatah al-Cham

    media Des combattants du groupe Fatah al-Cham, ici en août 2016, dans la province d'Idleb. REUTERS/Ammar Abdullah

    Six factions rebelles en Syrie se sont unies ce jeudi 26 janvier face aux jihadistes de Fatah al-Cham, l’ex-Front al-Nosra. Des combats intenses opposent les deux camps depuis plusieurs jours. Une guerre dans la guerre.

    Depuis plusieurs jours, les combats font rage dans la province d'Idleb, au nord du pays, entre six groupes rebelles et l’organisation jihadiste Fatah al-Cham, anciennement connue sous le nom de Front al-Nosra, la branche d’al-Qaïda en Syrie.

    Ces violences ont commencé en début de semaine alors que se tenaient les négociations de paix d'Astana, entre le régime de Bachar el-Assad et une délégation de factions rebelles. « Les tensions ont commencé avec les premières déclarations du régime concernant les négociations d’Astana. Le négociateur en chef du régime a déclaré ne pas vouloir s’asseoir à la même table des négociations que les terroristes. Et là, Fatah al-Cham a répondu : 'Nous non plus, nous ne voulons pas rencontrer les représentants de ce régime criminel tueurs d’enfants' », raconte le militant de l'opposition syrienne Fadi al-Maari.

    Fatah al-Cham a reproché aux factions rebelles de s'y être rendues. S'asseoir à la même table que des représentants du régime et des émissaires occidentaux est dénoncé comme un « complot ». « Les négociations d’Astana sont la cause directe de ces affrontements. Certaines factions de l’opposition qui étaient là-bas ont signé des accords avec le régime, mais elles l’ont fait sans l’aval de Fatah al-Cham. Sauf que Fatah al-Cham représente les deux-tiers des forces combattantes de l’opposition sur le terrain », rappelle Fadi al-Maari.

    Les groupes rebelles ont tenté de négocier une sortie de crise à Astana alors que Fatah al-Cham veut poursuivre le combat coûte que coûte. Les deux camps sont opposés au régime syrien, mais leurs divisions aujourd'hui pourraient bien faire le jeu de Bachar el-Assad.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.