GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Hollande et Abbas dénoncent la loi israélienne en faveur des colons

    media François Hollande et Mahmoud Abbas, lors d'une déclaration conjointe au palais de l'Elysée à Paris, le 7 février 2017. REUTERS/Jacky Naegelen

    François Hollande a reçu mardi après-midi 7 février à l'Elysée le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Ils ont vivement rejeté la nouvelle loi israélienne qui permettrait à Israël de s'approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée. « Une loi contraire au droit international », a déclaré le président français, car « elle conduirait de fait à une annexion des territoires occupés ». Une loi que Mahmoud Abbas a quant à lui qualifié « d'agression contre son peuple ».

    « Dans un défi flagrant aux souhaits de la communauté internationale [...] le gouvernement israélien a présenté un projet de loi hier à la Knesset qui autorise le vol des terres palestiniennes privées au profit des colons et qui légalise de manière rétroactive les colonies sur l'ensemble des terres palestiniennes occupées depuis 1967, y compris Jérusalem-Est », a dénoncé M. Abbas mardi 7 février 2017.

    Mahmoud Abbas, président de l'autorité palestinienne 07/02/2017 - par RFI Écouter

    Adoptée dans la nuit de lundi à mardi par le Parlement israélien, cette loi autorise l'Etat israélien à s'approprier, contre compensation, des terrains privés palestiniens sur lesquels des Israéliens ont construit sans autorisation en Cisjordanie occupée. Selon ses promoteurs, elle doit aussi protéger les colons d'évictions, comme celle survenue la semaine passée dans la colonie sauvage d'Amona.

    « Cette loi est contraire au droit international », insiste cependant le président de l'Autorité palestinienne, qui était au côté du président français François Hollande lors d'une déclaration conjointe à Paris. Mahmoud Abbas a annoncé qu'il saisirait les tribunaux internationaux pour « préserver l'existence et la terre des Palestiniens ». « Ce que fait Israël aujourd'hui, c'est travailler pour un Etat sur la base du système de l'apartheid », dénonce-t-il.

    Evoquant aussi « les dernières déclarations du gouvernement israélien sur la construction de milliers de logements dans nos terres occupées depuis 1967 », Mahmoud Abbas a lancé : « C'est une agression contre notre peuple à laquelle nous nous opposerons. »

    Hollande, l'ONU et l'UE condamnent la loi

    François Hollande, président français 07/02/2017 - par RFI Écouter

    « Je veux croire qu'Israël et son gouvernement peuvent revenir sur ce texte et peuvent reculer », a déclaré pour sa part François Hollande qui s'est alarmé de cette « accélération des colonisations » désormais « couverte par un cadre légal puisque le Parlement israélien, hier, a adopté un texte qui, s'il est confirmé par la Cour constitutionnelle, aurait pour conséquence de légaliser les colonies sauvages ».

    La loi conduirait, a-t-il souligné, « à une annexion de fait des territoires occupés ». Et de dénoncer également avec son invité du jour l'annonce faite par l'administration de Donald Trump de transférer l'ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. Une mesure qui irait à l'encontre de la position de l'ONU sur le statut de la Ville sainte, qui menace la solution à deux Etats, et qui risque selon MM. Abbas et Hollande d'embraser davantage la région.

    De son côté, le secrétaire général de l'ONU a estimé lui aussi que la nouvelle loi israélienne en faveur des colons viole la législation internationale. Cette loi « est en infraction avec la loi internationale et aura d'importantes conséquences juridiques pour Israël », a affirmé Antonio Guterres dans un communiqué. La colonisation israélienne franchit « une ligne rouge », affirment les Nations unies.

    L'Union européenne, quant à elle, exhorte Israël à ne pas mettre en œuvre ce texte. « L'Union européenne condamne la récente adoption de cette loi par la Knesset », écrit la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué diffusé ce mardi.

    Le processus de paix est maintenu de manière artificielle en vie, mais sur le terrain, ça va tout à fait dans le sens inverse (...) Le seul évènement qui pourrait peut-être arriver, c'est précisément un évènement inattendu, (...) qui pourrait peut-être amener à un soulèvement populaire palestinien, comme on l'a connu auparavant avec les deux intifada

    François Dubuisson, professeur de droit international à l’Université libre de Bruxelles 08/02/2017 - par Sami Boukhelifa Écouter


    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.