GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Avril
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Aujourd'hui
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le pape François a atterri au Caire (journaliste AFP)
    • Les Etats-Unis n'excluent pas le dialogue direct avec la Corée du Nord (Tillerson)
    Moyen-Orient

    Syrie: Astana, une conférence pour mettre tout le monde d’accord avant Genève ?

    media La première conférence d'Astana s'est tenue en janvier dernier. REUTERS/Mukhtar Kholdorbekov

    Une nouvelle conférence sur la Syrie se tient ce jeudi à Astana au Kazakhstan. Cette rencontre entre le régime et l’opposition syrienne est toujours parrainée par la Russie, la Turquie et l’Iran. Ces discussions se tiennent dix jours avant les négociations inter-syriennes de Genève, parrainées par les Nations Unies. Deux conférences internationales sur la Syrie, deux méthodes distinctes. Explications.

    Astana, Genève, deux méthodes différentes mais un objectif commun : faire taire les armes en Syrie. A Astana, la Russie est à la manœuvre. Le puissant allié de Bachar al-Assad cherche avec l’aide de l’Iran et de la Turquie à mettre un terme aux affrontements entre le régime et les groupes rebelles. Parvenir à un cessez-le-feu est la principale priorité.

    Moscou donne des gages à l’opposition. L’opposition renonce aux combats, aux batailles, aux conquêtes de nouveaux territoires et la Russie lui garantit la libération de milliers de détenues, des femmes, mères, sœurs ou épouses de rebelles emprisonnées parfois avec leurs enfants dans les geôles du régime syrien. En focalisant l’attention sur ce genre de questions Moscou souhaite surtout faire diversion et éviter le sujet qui fâche : le départ de Bachar al-Assad.

    A Genève, au contraire la réunion du 23 février, sous les auspices de l'ONU, si elle a lieu, devrait se concentrer sur les aspects politiques de la crise et principalement le sort du président syrien. Moscou assure que le processus d'Astana vient en soutien de ces discussions de Genève, mais certains experts sont sceptiques. Ils pensent que la Russie agit dans un seul but : imposer ses propres règles du jeu. Astana deviendrait l’unique option. Et adieu les négociations de Genève.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.