GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Une réunion secrète pour la paix au Proche-Orient s'est tenue en 2016

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu à Washington, le 10 novembre 2015. REUTERS/Jonathan Ernst

    Benyamin Netanyahu a t-il laissé passer une opportunité de faire la paix avec ses voisins palestiniens, jordaniens et égyptiens ? C'est en tout cas ce qu'affirmait ce dimanche, le quotidien israélien Haaretz, révélant la tenue d'un sommet secret à Aqaba, en Jordanie, il y a un an. Mais d'après le journal, le chef du gouvernement israélien avait préféré contenter sa coalition très à droite. Et le Premier ministre s'est retrouvé, ce dimanche, sous le feu des critiques de son opposition.

    Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

    Benyamin Netanyahu le reconnaît : il s'est bien rendu à Aqaba l'an dernier pour y rencontrer le roi de Jordanie et le président égyptien. Mais à en croire le Premier ministre israélien, ce n'est pas John Kerry, alors secrétaire d'Etat américain, qui est à l'origine de ce sommet, c'est lui, a t-il dit.

    Le chef du gouvernement n'a pas en revanche expliqué pourquoi cette initiative de paix régionale fut vite avortée. D'après le quotidien Haaretz, le plan proposé par John Kerry a été rejeté par Benyamin Netanyahu au motif que sa coalition ne l'accepterait pas. Et l'Union sioniste, coalition d'opposition, aurait refusé de former un gouvernement d'union nationale, ne voyant « aucun signe d'un changement dans la politique de Netanyahu ».

    Ce dimanche, l'opposition a vivement critiqué ce qu'elle qualifie d'« opportunité ratée ». « La vérité éclate à nouveau. Il n'y a pas de plan diplomatique ? Netanyahu nous conduit au désastre d'un Etat bi-national » a estimé la députée de centre-gauche Ksenia Svetlova.

    « Le but est toujours le même : gagner du temps » a pour sa part dénoncé Zehava Galon, la cheffe du parti de gauche Meretz. Pour ces différentes formations politiques, Benyamin Netanyahu n'est pas sincère quand il affirme vouloir reprendre les négociations de paix.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.