GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au classement final, Tom Dumoulin a battu le Colombien Nairo Quintana (2e), l'Italien Vincenzo Nibali (3e) et le Français Thibaut Pinot (4e). La dernière étape, un contre-la-montre entre Monza et Milan, est revenue à un autre Néerlandais, Jos van Emden.

    Moyen-Orient

    Guerre des mots entre la Turquie et l'Iran sur fond de guerre en Syrie

    media Le président iranien Hassan Rohani et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan au palais de Saad Abad, dans le nord de Téhéran, le 7 avril 2015. AFP PHOTO/ATTA KENARE

    C'est ce jeudi 23 février à Genève que doivent s'ouvrir de nouvelles discussions de paix sur la Syrie après celles qui ont eu lieu ces dernières semaines à Astana au Kazakhstan. A l'approche de ce nouveau rendez-vous, la tension est montée d'un cran en début de semaine entre la Turquie et l'Iran avec le conflit syrien en toile de fond.

    Iran et Turquie sont impliqués militairement en Syrie. Téhéran auprès du régime de Bachar el-Assad et Ankara en soutien de l'opposition armée syrienne. Ces derniers mois, la reprise en main du dossier syrien par Moscou a fait émerger une nouvelle troïka : Russie, Turquie et Iran ont ainsi co-parrainé les récentes discussions d'Astana entre le régime de Bachar el-Assad et l'opposition syrienne.

    Mais les rivalités et la méfiance persistent, sur fond de tensions régionales entre chiites et sunnites. Ces derniers jours, le président turc Erdogan a ainsi dénoncé « le danger du nationalisme persan », alors que son ministre des Affaires étrangères accusait l'Iran de vouloir « transformer la Syrie et l'Irak en pays chiites ».

    Pour protester, la République islamique a convoqué l'ambassadeur de Turquie à Téhéran. Mais l'escalade verbale s'est poursuivie ce mardi, lorsque la Turquie a appelé l'Iran à « réévaluer sa politique régionale », accusant au passage la République islamique de « renvoyer dans des zones de guerre des gens venus trouver refuge ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.