GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    La Cour suprême britannique juge que la suspension du Parlement décidée par le Premier ministre Boris Johnson est «illégale»
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: à Genève, les contours totalement flous d'un dialogue régime-opposition

    media Staffan de Mistura saluant les participants syriens, opposition et régime de Damas, au rendez-vous de Genève jeudi 23 février 2017. REUTERS/Pierre Albouy

    De difficiles pourparlers commencent à Genève sans grand espoir. L'ONU a solennellement appelé jeudi 23 février 2017 les frères ennemis syriens à faire preuve de « responsabilité historique » pour mettre fin au conflit, qui ravage leur pays depuis six ans. Le régime d’un côté, les opposants de l’autre, se sont réunis autour d’une même table pour la cérémonie de bienvenue. La suite s’annonce plus compliquée.

    Avec notre envoyé spécial à Genève,  Sami Boukhelifa

    Après une journée de tractations à Genève, jeudi, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, 70 ans, s’est entretenu avec la délégation du régime de Damas puis avec les représentants de l’opposition.

    Les différents protagonistes du conflit syrien se sont réunis autour d’une même table pour la cérémonie de bienvenue, mais la suite sera moins protocolaire. Les négociations directes ne sont apparemment pas à l’ordre du jour.

    Pour l'heure, ils se sont rencontrés mais n’ont rien échangé à part un regard glacial. Pas un mot. Face à face à la tribune du palais des Nations, assis à des tables disposées en fer à cheval, ils ont écouté M. de Mistura, prostrés sur leurs chaises.

    « Je l'ai dit dès le début, je ne m'attends pas à un miracle. Nous devons surmonter une lourde tâche. Ça ne sera pas facile, il y a de la tension et des souffrances, mais nous devons faire de notre mieux », leur a lancé le diplomate.

    En coulisse, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie fait tout son possible. Il se plie en quatre pour provoquer cette étincelle qui lancerait enfin un dialogue direct tant attendu, tant espéré entre le régime et l’opposition.

    La délégation de Damas, lors du discours de Staffan de Mistura, le 23 février à Genève. REUTERS/Pierre Albouy

    De Mistura, encore une mission difficile

    « Nous savons tous ce qui arrivera si nous échouons. Il y aura davantage de morts, davantage de souffrance, davantage d'atrocités, davantage de terrorisme et davantage de réfugiés. Notre mission n'est pas simple. Mettons-nous au travail », plaide M. de Mistura.

    « Espérons que le cessez-le-feu soit respecté », ajoute l'émissaire. Et d'oser, à la fin de son discours de bienvenue, cette prière en arabe : « Que Dieu vous bénisse et nous vienne en aide. » Reste à voir si les vœux du diplomate seront exaucés.

    Pour l’heure, impossible de dire en effet quel schéma prendront les discussions. Même les sources les plus proches du dossier sont dans le flou, confie un diplomate occidental. Si un dialogue direct est amorcé, ça sera déjà une belle victoire.

    Dans le cas contraire, Staffan de Mistura, habitué des missions difficiles, devra faire la navette, des va-et-vient entre le régime et l'opposition. Trois points-clés pour préparer la Syrie du futur : transition politique, réforme constitutionnelle, élections libres.

    Mais pour une fois, ce n’est pas de la faute du régime si les échanges sont impossibles. Ses représentants, généralement très provocateurs, n’ont pas fait de vague pour l’instant. Ils sont là et seraient disposés au dialogue direct.

    La délégation de l'opposition lors du discours de M. de Mistura, le 23 février à Genève. REUTERS/Pierre Albouy

    Trois oppositions pour une négociation

    Le souci, actuellement, ce sont les oppositions syriennes, qui sont multiples. Trois groupes distincts : le traditionnel Haut Comité des négociations (HCN) et deux autres groupes opposants, appelés « plateforme de Moscou » et « plateforme du Caire ».

    Ces deux derniers partagent la même vision, mais pas le HCN. Pour le Haut Comité des négociations, la Syrie du futur se fera sans le régime actuel. Tandis que la priorité absolue pour les deux autres groupes de l’opposition, c’est la fin de la guerre.

    Or, afin d'y parvenir, ils sont pour leur part prêts à mener une transition main dans la main avec le pouvoir de Damas. Difficile, donc, d’obtenir la moindre entente dans ce climat de tension entre les différents membres de l’opposition.

    « Nous n'avons pas le choix. Nous devons faire preuve d'optimisme. Ce dossier est crucial. Il en va de l'avenir de la Syrie. Nous voulons mener une transition politique et nous voulons le faire avec le pouvoir déjà en place », explique Jihad Makdissi, du groupe du Caire.

    « Nous sommes disposés à travailler avec M. de Mistura. S'il faut un dialogue bilatéral avec le pouvoir syrien, nous ferons le nécessaire, du moment où le communiqué de Genève est notre unique référence », ajoute ce membre de l'opposition.

    Cette divergence de vues est aussi une bénédiction pour le régime syrien de Bachar el-Assad. Ses représentants à Genève n’hésiteront pas à s’engouffrer dans la brèche ouverte par ces divisions qui minent l’opposition syrienne.

    → À relire : Les pourparlers inter-syriens à Genève suscitent peu d’espoirs

    analyse
    Pour la journaliste franco-syrienne Hala Kodmani, la négociation ne prendra pas 24/02/2017 - par Nathalie Amar Écouter

    Les opposants à Bachar el-Asad ont perdu un soutien de taille… celui de Washington

    Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, la ligne des Etats-Unis concernant le dossier syrien n’est plus très claire. A Genève, les diplomates américains qui suivent ce dossier sont toujours présents mais ils restent les bras croisés. La Maison Blanche ne donne plus aucune directive, nous confie une source diplomatique occidentale.

    Ce vide laissé par les Américains est comblé par la Russie. Moscou, impose sa vision, ses propres règles. Hier jeudi quelques heures avant le début officiel des négociations inter-syriennes, le président Vladimir Poutine fait cette déclaration : « nous voulons stabiliser le pouvoir légitime en Syrie ». Pour ceux qui en doutaient : voilà une manière de dire que la Russie, grand allié de la Syrie, ne compte pas lâcher le pouvoir de Damas.

    Face à cela Paris, qui défend l’opposition syrienne, se retrouve bien isolé. A travers ces négociations inter-syriennes, la France souhaite que soient abordées les questions principales de ces pourparlers et notamment la transition politique en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.