GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Elections en Syrie: le casse-tête des négociations de Genève

    media Les négociateurs syriens doivent notamment s'entendre à Genève sur l'organisation de futures élections mais la nature du scrutin, législatif ou présidentiel n'est toujours pas tranchée. REUTERS/Pierre Albouy

    Les Nations unies tentent péniblement de lancer des discussions de paix à Genève entre le régime de Damas et l’opposition syrienne. Officiellement, ces pourparlers ont débuté jeudi soir mais, presque 48h plus tard, aucun sujet de fond n’a été abordé. La mission de Staffan de Mistura s’annonce laborieuse.
     

    avec notre envoyé spécial à Genève, Sami Boukhelifa

    La route est encore longue. Mais l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, refuse de baisser les bras. Steffan de Mistura a déjà prévenu : il n’a pas de baguette magique et a besoin de temps. De beaucoup de temps. « N’espérez rien dans l’immédiat » assénait, vendredi soir un diplomate des Nations unies.

    De quel scrutin parle t-on ?

    La première étape de cette session de négociations baptisée Genève IV, va être de réunir l’opposition syrienne et les représentants de Damas autour d’une même table.
    La suite, elle est imaginée en trois étapes : les uns et les autres doivent établir les modalités d’une transition politique en Syrie. Ils doivent aussi également écrire ensemble une nouvelle Constitution et enfin s’entendre sur une date, cruciale, celle de futures élections dans le pays.

    En théorie toutes ces procédures peuvent paraître simples mais la réalité est beaucoup plus compliquée. Un casse-tête pour Staffan de Mistura d’autant que régime syrien et opposition ne sont absolument pas sur la même longueur d’ondes. Un exemple : on ignore encore si le scrutin dont il est question sera une élection présidentielle ou des élections législatives. L’opposition souhaite l’organisation d’un vote rapide mais pour le régime, il n'est pas question de scrutin avant la fin du mandat actuel de Bachar al-Assad, c'est à dire avant quatre ans.

    Image provenant d'une vidéo tournée sur les lieux de l'attentat d'al-Bab en Syrie vendredi 24 février, au lendemain de la prise de la ville par les forces turques et syriennes. Reuters

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.