GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump: les USA détermineront «dans les deux prochains jours» qui a tué Khashoggi
    • L'ex-chef de milice centrafricain Yekatom est arrivé au centre de détention de la CPI (porte-parole)
    • Etats-Unis: le candidat démocrate au poste de gouverneur de Floride concède sa défaite
    Moyen-Orient

    Syrie: après les attentats contre les renseignements à Homs, le régime réplique

    media Une image issue d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux prétend montrer les bombardements aériens dans le quartier rebelle de Waer à Homs. Social Media/ via REUTERS TV

    L'ex-branche d'al-Qaïda en Syrie, le Front Fateh al-Cham, a revendiqué la série d'attentats suicide qui ont visé samedi des sièges de la Sécurité dans la ville de Homs, faisant plus de 40 morts. En représailles, l’aviation du régime a lancé des raids qui ont tué au moins 13 civils.

    Avec notre correspondant à BeyrouthPaul Khalifeh

    Le chef des renseignements militaires de l’armée syrienne à Homs fait partie des victimes des attentats suicide. Le général Hassan Daaboul, un officier proche du président Bachar al-Assad, a été tué par l’un des kamikazes qui l’a spécifiquement visé, alors qu’il inspectait les lieux des attentats survenus quelques minutes plus tôt.

    Citant une source de sécurité syrienne, l’agence russe Sputnik a rapporté que le chef de la Sûreté de l’Etat à Homs, le général Ibrahim Darwiche, figure aussi parmi les victimes, ainsi que plusieurs autres officiers.

    Ces attentats sont les plus meurtriers ayant frappé l’appareil sécuritaire syrien depuis l’assassinat, en juillet 2012, du ministre de la Défense, Daoud Rajiha, et de trois autres généraux, dont le beau-frère du président, Assef Chaoukat.

    Après l’attentat de samedi, l’aviation syrienne a mené une série de raids contre le quartier de Waer, une banlieue de Homs qui échappe encore au contrôle du régime, et où vivent quelque 100 000 personnes.

    Un porte-parole militaire syrien a affirmé que ces bombardements ont visé des positions jihadistes. Trois personnes ont été tuées et une cinquantaine d’autres blessés. Une dizaine de civils ont trouvé la mort dans des raids qui ont pris pour cibles des régions autour de Damas et dans la province d’Idleb

    A (re)lire Les services de renseignement syriens frappés au cœur par Fateh al-Cham à Homs

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.