GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Toutes les parties ont commis des crimes de guerre à Alep, selon l'ONU

    media Paulo Pinheiro lors d'une conférence de presse à Genève le 1er mars 2017. REUTERS/Denis Balibouse

    Tous coupables de crime de guerre. A Alep, régime et rebelles sont responsables d’exactions selon un rapport accablant rendu public ce mercredi par la commission d'enquête internationale de l'ONU sur la Syrie. L'accord d'évacuation des civils d’Alep, conclu entre le régime et l'insurrection en décembre dernier, a lui-même constitué « un crime de guerre », selon ce rapport.

    Paulo Pinheiro est le président de la commission d’enquête internationale des Nations unies. A ses yeux, la population d’Alep a subi un déplacement forcé et injustifié de la part du régime, et avant cela les groupes armés ont utilisé les civils comme bouclier humain.

    « Les aviations syriennes et russes ont bombardé sans relâche les quartiers est d’Alep. Ces frappes faisaient partie d’une stratégie pour forcer les insurgés retranchés dans ces quartiers à se rendre. Des hôpitaux, des orphelinats, des marchés, des écoles et des habitations, tout a été détruit.

    Lorsque le régime a assiégé les quartiers est d’Alep en juillet, des milliers de civils et parmi eux beaucoup d’enfants ont été pris au piège. Impossible pour eux de quitter cette partie de la ville. Ils ont perdu la vie dans les bombardements quotidiens. Des raids aériens à l’aide de bombes antibunkers, de bombes incendiaires et probablement des bombes au chlore ont aussi visé des zones civiles, précise Paulo Pinheiro.

    Des tirs d’artillerie ininterrompus menés par les groupes armés contre les quartiers ouest, contrôlés par le régime ont aussi fait d’innombrables victimes civiles, ajoute-t-il. Ces groupes armés ont utilisé des engins explosifs artisanaux. Ils ont mené des attaques aveugles dans le but de terroriser la population. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.