GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie-UE: une relation dégradée mais une relation tout de même

    media Recep Tayyip Erdoğan à Sakarya, le 16 mars 2017. Cetinmuhurdar/Presidential Palace/

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a ouvert jeudi 16 mars un nouveau front dans la crise diplomatique avec l'Union européenne, accusant la justice européenne de lancer «une croisade» contre l'islam après un arrêt autorisant une entreprise à interdire le port du voile au travail. Dans un arrêt rendu mardi 14 mars, la Cour de justice de l'Union européenne a estimé qu'une entreprise pouvait interdire le port visible de signes religieux comme le foulard islamique. S'exprimant sur le même sujet, le chef de la diplomatie turque parle d'une guerre de religion, à quelques semaines du référendum sur le renforcement des pouvoirs du président turc.

    Les autorités d'Ankara durcissent le ton à l'égard de l'Europe sans pourtant mettre en cause les relations, estime Jean Marcou, professeur à l'Institut politique de Grenoble. « Ce qui est étonnant, malgré tout, c’est que la Turquie reste dans des accords occidentaux. Elle reste finalement dans l’OTAN, elle reste malgré tout – formellement au moins – candidate à l’Union européenne, et des deux côtés on a l’impression que finalement on ne remet pas en cause le processus d’adhésion de la Turquie complètement gelé, mais qui n’est pas formellement abandonné ».

    Selon ce spécialiste de la Turquie, si le pays a pris un ensemble de décisions assez spectaculaires qui vont du blocage de l’importation de vaches hollandaises jusqu’à l’annulation du jumelage entre Istanbul et Rotterdam, en même temps, le régime turc a expliqué aux investisseurs et aux touristes néerlandais qu’ils n’étaient pas concernés véritablement par ce conflit diplomatique : «Donc on a l’impression malgré tout que même si elle est dégradée, la relation – au moins formellement – va se maintenir ».

    Une « guerre de civilisation » ?

    Recep Tayyip Erdogan essaie de développer une sorte de concept d’affrontement, de « guerre de civilisation » puisqu’il a expliqué qu’il allait prendre le monde musulman à témoin pour faire reculer l’Europe, estime Jean Marcou. « Et là, on est plutôt dans de la politique internationale. Parce que ces dernières années, finalement, la Turquie qui avait eu beaucoup de succès jusqu’aux Printemps arabes. On avait parlé notamment du modèle turc, et la politique zéro problème avec nos voisins était apparue comme une politique novatrice qui avait amélioré considérablement l’image de la Turquie. Ces dernières années, cette politique s’est un peu effondrée ».

    La Turquie apparaît désormais au Moyen-Orient comme particulièrement isolée à nouveau. « Cette bonne relation avec le monde arabe qui s’était développée il y a une dizaine d’années et jusqu’aux Printemps arabes a disparu. C’est aussi un moyen, peut-être, d’essayer de renouer, de repositionner la Turquie comme une puissance véritablement du monde musulman », conclut Jean Marcou.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.