GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Drame migratoire en Egypte: 56 personnes condamnées

    media Des survivants du bateau ayant fait naufrage en septembre 2016 au large de Rosette. MOHAMED EL-SHAHED / AFP

    En Egypte, le tribunal correctionnel de Rosette a infligé des peines allant jusqu'à 14 années de prison à 56 personnes jugées coupables d'avoir provoqué la pire catastrophe maritime de l'histoire de l'émigration clandestine égyptienne. En septembre 2016, un bateau transportant plus de 400 émigrés clandestins vers l'Europe avait chaviré au large de Rosette en Méditerranée.

    Avec notre correspondant au Caire,  Alexandre Buccianti

    Pour les familles des victimes, les peines infligées sont trop faibles. On estime à près de 200 le nombre de disparus dans le naufrage. Il s’agissait majoritairement d’Egyptiens et d’Africains avec parfois des familles entières et des dizaines de mineurs. Les survivants ont raconté que les passeurs leur avaient conseillé de jeter leurs papiers en Italie et de prétendre qu'ils étaient Syriens ou du Darfour.

    L'Egypte est devenue un point de départ de l'émigration clandestine vers l'Europe à cause des violences que connaît la Libye et du fait des failles sécuritaires en Egypte qui ont suivi la chute de l'ex-président Hosni Moubarak. En 2010, les autorités avaient empêché 500 personnes d'émigrer clandestinement ; l'année dernière plus de 5 000. Ceux qui sont passés sont probablement dix fois plus nombreux. Plusieurs pays européens, dont la France, l'Italie et l'Allemagne, coopèrent avec l'Egypte pour tenter de juguler le phénomène.

    Alors la réponse judiciaire peut-elle dissuader les réseaux criminels qui organisent les dangereuses traversées de la Méditerranée ? Oui, en partie, estime Amnesty International.

    C'est une réponse que les Etats doivent apporter, mais ce n'est pas la seule réponse car si le trafic de migrants se développe, c'est parce qu'il y a un problème en amont, à savoir la possibilité ou l'insuffisance patente de voies légales permettant à ces réfugiés avec l'aide des Etats de trouver un abri.

    Jean-François Dubost

    Responsable du Programme Protection des populations pour Amnesty International

    27/03/2017 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.