GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juillet
Vendredi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Etats-Unis: le président égyptien reçu à la Maison Blanche

    media Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, au Caire, le 2 mars 2017. KHALED DESOUKI / AFP

    Semaine diplomatique chargée pour Donald Trump. Jeudi et vendredi le président des Etats-Unis recevra son homologue chinois Xi Jingping à Mar-a-Lago en Floride. Mercredi, le roi Abdallah de Jordanie sera à la Maison Blanche, juste après le président égyptien al-Sissi qui est reçu ce lundi. Pour le maréchal, c'est une sorte de réhabilitation après les années de mauvaises relations avec l'administration Obama.
     

    Avec nos correspondants à Washington et au Caire, Anne-Marie Capomaccio et Alexandre Buccianti

    Le maréchal Sissi fait partie de ces chefs d'Etat étrangers qui attendaient avec impatience le départ de Barack Obama. Le président égyptien n'avait jamais été reçu à Washington par le 44e président des Etats-Unis, qui avait même suspendu un temps les livraisons d'armes américaines au Caire. Une aide stratégique de 1,3 milliard par an, menacée par les démocrates qui mettaient en avant « des violations flagrantes des droits de l'homme ».

    Depuis qu'Abdel Fattah al-Sissi, ministre de la Défense égyptien, avait destitué le président Mohamed Morsi, démocratiquement élu, puis avait pris sa place, les ponts étaient donc presque coupés entre Washington et Le Caire. C'est le Pentagone qui gardait une sorte de ligne de survie. Mais c'est du passé ; aujourd'hui, le courant passe parfaitement entre le président égyptien et son homologue américain Donald Trump.

    L'espoir du président Sissi est sans doute de bénéficier d'une plus grande indulgence de la part de la nouvelle administration. Les deux hommes se sont déjà vus à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, lorsque Donald Trump était encore candidat, au plus bas dans les sondages. Il avait alors décrit Sissi comme « un gars fantastique », et ce dernier avait trouvé que Trump avait l'étoffe d'un « grand leader ».

    Mais au-delà des « bonnes ondes » entre les deux hommes, pour reprendre l'expression du porte-parole de la Maison Blanche, on ne sait pas ce qui peut concrètement ressortir de cette visite. On ignore si Donald Trump demandera au président égyptien en privé ce qu'il réclame en public : un engagement sonnant et trébuchant plus important dans la lutte contre le terrorisme.

    La gestion autoritaire du président égyptien est appréciée par un Donald Trump, qui le citait en exemple dans la lutte contre le terrorisme et le groupe Etat islamique pendant sa campagne électorale. Mais de son côté, le président al-Sissi va peut-être essayer d'obtenir un accroissement de l'aide militaire et économique américaine.

    La rencontre devrait en tout cas être dominée par la lutte contre l'EI et la stabilité du Proche-Orient. Deux sujets sur lesquels Le Caire et Washington sont en parfaite concordance depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. La question des droits de l'homme, chère à l'administration Obama, sera vraisemblablement mise en sourdine. Par ailleurs, et contrairement à Obama, Trump ne voit pas d'un bon œil la confrérie des Frères musulmans, l'ennemi juré du régime égyptien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.