GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: Moqtada al-Sadr appelle Assad à quitter le pouvoir

    media Un partisan du leader chiite Moqtada al-Sadr, à Bagdad le 31 mars 2017. REUTERS/ Alaa Al-Marjani

    Moqtada al-Sadr pense que Bachar el-Assad devrait quittera le pouvoir. Le politicien chiite a surpris tout le monde avec cette annonce ce samedi. Les partis chiites au pouvoir sont proches de l'Iran et ont soutenu globalement le régime syrien depuis 2011. Depuis Najaf en Irak, le chef politique a également condamné la réplique américaine à coups de missiles, exhortant les Etats-Unis et la Russie à se retirer du théâtre syrien. Alors pourquoi cette annonce?

    Avec notre correspondante à Amman,  Angélique Férat

    Moqtada al-Sadr cherche à se démarquer du gouvernement irakien et des autres partis chiites au pouvoir depuis 2003. Moqtada al-Sadr est engagé depuis plus de deux ans dans une campagne anti-corruption et pro-réforme. A coup de déclarations tonitruantes ou de manifestations monstres, il critique la politique irakienne, très alignée sur Téhéran. Le chef chiite se veut Irakien. Et avec cette déclaration, il veut montrer que l'Irak peut être allié de Téhéran mais ne doit pas être son vassal. Un discours nationaliste, son fond de commerce.

    Si on compare, le gouvernement irakien a appelé à une enquête internationale sur les évènements de Khan Cheikhoun... sans critiquer Bachar el-Assad. Al-Sadr va même plus loin, il cherche à incarner la voix de la réconciliation chiite-sunnite en osant critiquer un allié de l'Iran, un dirigeant soutenu par Bagdad. C'est un leitmotiv chez lui ces dernières années.

    Le mois dernier, il osait déclarer que les milices sectaires n'ont pas leur place en Irak. Du miel aux oreilles des sunnites et une provocation pour les milices chiites qui participent à la lutte contre l'organisation de l'EI mais qui ont été accusées de crimes de guerre, comme des kidnappings, des exécutions sommaires et des tortures.

    Moqtada al-Sadr ajoutait même qu'il craignait des tensions entre communautés après que l'organisation de l'EI a été vaincue. Car le problème politique irakien reste entier. Il y a un fossé entre les communautés. Moqtada al-Sadr suggère qu'il pourrait faire partie de la solution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.