GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Egypte passe sous état d’urgence pour trois mois

    media A Tanta le carrelage maculé de sang et des bancs de bois recouverts de débris témoignent du drame qui a frappé la communauté chrétienne. STRINGER / AFP

    Les coptes d'Egypte ont à nouveau été visés par les jihadistes du groupe Etat islamique. Le bilan est très lourd : au moins 44 morts, et de nombreux blessés. Deux églises ont été visées dans deux attaques à la bombe : à Tanta, à une centaine de kilomètres du Caire, puis à Alexandrie, la grande ville du nord du pays. Le président al-Sissi a décrété l’état d’urgence pour trois mois en Egypte.

    L'attentat contre l'église d'Alexandrie aurait pu être doublement catastrophique, explique notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti. D'abord parce que la messe des Rameaux de l'église Morcossiya d'Alexandrie était célébrée par le pape copte orthodoxe Tawadros II. La mort du patriarche de l'Eglise d'Alexandrie aurait été lourde de conséquences.

    On a aussi évité un énorme carnage. Le kamikaze qui a été retardé par les mesures de sécurité n'a pas pu rentrer dans l'église et s'est fait exploser dans la rue. L'explosion était tellement puissante qu'elle a soufflé un immeuble situé face à l'église. Une bonne partie des morts et blessés sont donc des policiers qui montaient la garde.

    Les autorités ont par contre implicitement reconnu des failles policières. D'abord le chef de la sécurité de Tanta, là où le kamikaze a réussi à s'introduire jusqu'à l'autel, a été limogé.Le président égyptien a convoqué en urgence un Conseil national de sécurité et déclaré l'état d'urgence pour trois mois. Puis Abdel Fattah al-Sissi a décrété que l'armée participera dorénavant à la sécurisation des « infrastructures vitales ». Parmi elles, les églises.

    Colère contre les forces de l'ordre

    L’église Saint-George de Tanta est l’une des plus grandes du delta du Nil, elle peut accueillir jusqu’à 950 personnes, elle était très fréquentée en ce dimanche des Rameaux. Notre envoyé spécial à Tanta, François Hume-Ferkatadji, a rencontré des témoins de l'attaque.

    Il y a Abanob, un chrétien qui habite à proximité. Quand il a entendu l’explosion, il s’est précipité dans l’église. « Quand je suis rentré je ne pouvais pas reconnaitre personne, il y avait seulement des membres, des jambes, des chaussures, et puis j'ai vu une bombe, je me suis demandé comment c'était possible qu'une aussi grosse bombe puisse exploser dans l’église », raconte-t-il.

    Devant l’église des centaines de personnes se sont réunies, Hoda Mikhail est une habituée des lieux et comme beaucoup elle est très en colère. « Je me demande où était le responsable de la sécurité, il y a quelques jours il y a déjà eu une attaque ici à Tanta, pourquoi ça ne les a pas inquiétés, comment cette bombe est-elle entrée dans notre église ? »

    Mustapha est infirmier dans le plus grand hôpital de la ville, tous le personnel s’est rendu dans le service des urgences pour prêter main-forte. « Beaucoup de musulmans se sont précipités à l'hôpital pour donner leur sang ». « L’Etat islamique essaye de nous diviser, explique ce jeune, ils n’y arriveront jamais. »

    Condamnation unanime

    Les quinze membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont tous condamné ces attaques qu’ils qualifient de « lâches ». François Hollande affirme que la France est « pleinement solidaire » des Egyptiens. Le président des Etats-Unis Donald Trump a condamné l'attentat sur son compte Twitter, se disant « confiant dans la capacité du président à gérer la situation comme il se doit ». Réaction aussi au Vatican : François a adressé ses condoléances à l'Eglise copte. « J'exprime mes profondes condoléances à mon cher frère, sa sainteté le pape Tawadros II, à l'Eglise copte et à toute la chère nation égyptienne. Je prie pour les défunts et les blessés », a réagi le pontife argentin. Israël conseille à ses ressortissants de quitter ou ne pas se rendre dans le Sinaï égyptien.

    La branche égyptienne, la plus forte de l’EI

    Pour Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes, ces attaques prouvent que c'est maintenant en Egypte que l'organisation terroriste Etat islamique est la plus puissante.

    « La branche de l’Etat islamique au Sinaï est une des plus puissantes de toutes les sections Etat islamique dans le monde. Maintenant que la branche libyenne de l’Etat islamique est retournée dans la clandestinité, c’est clairement la branche égyptienne qui a la plus grosse force de frappe. On va voir comment va évoluer la position de l’Etat islamique en Irak, notamment après l’attaque de Mossoul, mais l’Etat islamique en Egypte est vraiment un des groupes jihadistes les plus puissants dans le monde aujourd’hui. Il y a une volonté évidemment de montrer les muscles, mais ils ne peuvent pas montrer les muscles partout. Ils ne peuvent montrer les muscles que là où ils sont forts. »

    « Il y a des pays où ils voudraient monter des opérations d’envergures comme en Arabie saoudite et où pour le moment ils n’y arrivent pas, poursuit le spécialiste. Donc le fait qu’ils y arrivent en Egypte et pas ailleurs ça nous dit l’influence qu’a obtenue ce groupe sur son territoire dans le Sinaï, même s’il ne le contrôle pas totalement et qu’il est dans la clandestinité, et d’autre part sa capacité à frapper sur tout le territoire égyptien. Et cela, les autres factions de l’Etat islamique, au Yémen, en Arabie saoudite, en Algérie, n’ont pas vraiment la capacité de monter à la fois des grosses opérations d’envergure, que ce soit sur un territoire restreint contre les forces de sécurité ou dans des attentats spectaculaires. »

    → A (re) lire : Egypte: la fuite des Coptes du Nord-Sinaï face à la traque du groupe EI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.