GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Terrorisme: l'Egypte en état d'urgence, al-Sissi appelle l'armée en renfort

    media Des soldats de l'armée égyptienne patrouillent dans Le Caire après les attentats qui ont frappé des églises coptes, le 10 avril. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrété dimanche soir l’état d’urgence après deux attentats kamikaze contre des églises coptes qui ont fait au moins 44 morts à Alexandrie et à Tanta dans le delta. Les attentats ont été revendiqués par le groupe armé Etat islamique. Pour prendre effet, l’état d’urgence doit être approuvé par le Parlement où le président jouit d’une écrasante majorité.

    Avec notre correspondant au CaireAlexandre Buccianti

    L’état d’urgence donne de grands pouvoirs aux forces de sécurité en matière d’enquête, d’arrestation et de détention : ces dernières n’auront plus besoin que d’un ordre administratif. Un décret qui reflète la gravité de la situation puisqu’il n’était, jusqu’à présent, appliqué qu’à la province du Nord-Sinaï où se déroule un conflit sanglant entre les forces de sécurité et le groupe Etat islamique.

    Le président a, par ailleurs, décrété que l’armée épaulera la police dans la sécurisation des infrastructures vitales dont les églises font partie. Un aveu implicite de l’échec de la police en la matière. Au moins 83 personnes ont été tuées dans une série d’attentats antichrétiens depuis le mois de décembre.

    Inquiétude pour les droits de l’homme

    Le décret instaurant l’état d’urgence a été bien accueilli par une bonne partie de la population, qui espère que l’état d’urgence rendra plus efficace la lutte contre le terrorisme. La législation d’exception a, par contre, été reçue avec beaucoup d’inquiétude par les défenseurs des droits de l’homme.

    Ils craignent que les droits de l’homme soient la victime collatérale de la lutte contre le terrorisme. Ils en veulent pour preuve les condamnations successives à des peines de prison des adversaires d’une lecture radicale de l’islam, alors que les cheikhs salafistes qualifiant les chrétiens de « croisés mécréants » ne sont absolument pas inquiétés.

    Les chrétiens d'Egypte fauchés par deux attentats du groupe EI

    L'église copte de Tanta, le 9 avril 2017. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.