GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Avril
Vendredi 21 Avril
Samedi 22 Avril
Dimanche 23 Avril
Aujourd'hui
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Attaque chimique en Syrie: l’OIAC doit enquêter sur le terrain, dit Lavrov

    media Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (c) et ses homologues iranien Jawad Zarif (d) et syrien Walid Muallem (g) à Moscou, le 14 avril 2017. Alexander NEMENOV / AFP

    Le ministre russe des Affaires étrangères a accueilli ce vendredi 14 avril ses homologues syrien et iranien pour une série d'entretien consacrée à la situation en Syrie et à l’attaque chimique présumée imputée à Damas.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Les trois alliés avaient pris l'habitude depuis le cessez-le-feu de décembre de s'afficher avec leur homologue turc. Mais l'alliance conjoncturelle n'a pas survécu à la frappe américaine sur la Syrie. Ankara a applaudi. Damas, Téhéran et Moscou, elles, ont condamné. Pour les trois pays, les frappes contre la Syrie constituent un acte d'agression. Ils ne permettront pas de nouvelles frappes, disent-ils, ni une escalade qui interromprait le processus de paix en cours.

    Jawad Zarif, Walid Mouallem et Sergueï Lavrov insistent pour que soit menée une enquête objective sur l'utilisation des substances toxiques sous l'égide de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), et effectuée par une équipe équilibrée. Ce qui, à leurs yeux, n'était pas le cas dans le projet de résolution présentée récemment au Conseil de sécurité.

    Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem affirme que Damas est prête à accueillir et à aider l'OIAC. Pour Sergueï Lavrov, il est inadmissible que l'Organisation enquête sur ce qui s'est passé sans se rendre sur le terrain. Et d’après le chef de la diplomatie russe, ceux qui empêchent la mise en place qu'une commission d'enquête indépendante n'ont pas la conscience tranquille.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.