GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: glissement de terrain, 100 personnes seraient ensevelies (officiel)
    • Colombie: la libération de journalistes néerlandais annoncée par «erreur» (ELN)
    Moyen-Orient

    Iran: le président Hassan Rohani candidat à sa réélection

    media Le président iranien Hassan Rohani a formellement déposé sa candidature pour briguer un second mandat de quatre ans lors de l'élection présidentielle du 19 mai., à Téhéran, le 14 avril 2017.

    Le président modéré iranien Hassan Rohani s'est porté candidat ce vendredi 14 avril à l'élection présidentielle du 19 mai, malgré les critiques des conservateurs et un bilan économique en demi-teinte.

    « Je suis à nouveau candidat pour l'Iran. Je suis candidat pour l'islam. Je suis pour plus de liberté, plus de sécurité et plus de progrès », a déclaré Hassan Rohani peu après s'être inscrit sur la liste des candidats. « Je demande à tous les Iraniens de venir de nouveau » aux urnes « pour l'Iran et pour l'islam », a-t-il ajouté.

    Agé de 68 ans, M. Rohani avait été facilement élu en 2013. Il avait obtenu dès le premier tour plus de 50 % des suffrages grâce au soutien des partis modérés et réformateurs. Cette fois, Hassan Rohani pourra faire valoir son plus grand succès diplomatique : la signature de l'accord nucléaire avec les grandes puissances, qui a permis la levée d'une partie des sanctions internationales à l'égard de l'Iran.

    S’il peut mettre en avant le fait d’avoir ramené l'inflation de plus de 40 % à 8 % aujourd'hui, il n'a en revanche pas réussi à attirer les investissements étrangers pour relancer l'économie. Surtout, le chômage a fortement augmenté ces dernières années, rappelle notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi. L'arrivée au pouvoir de Donald Trump a aussi compliqué sa tâche, notamment avec de nouvelles sanctions contre Téhéran.

    → (RE)LIRE : Iran: les critiques sur le bilan d’Hassan Rohani s’intensifient

    Son principal concurrent, le religieux conservateur Ebrahim Raissi, une figure montante au sein du pouvoir, a donc choisi de mettre l'accent sur le problème du chômage, qui touche plus de trois millions d'Iraniens. Il joue également la modération en affirmant être partisan de « l'interaction avec tous les pays », à l'exception d'Israël, dont l'Iran ne reconnaît pas l'existence. Le choc sera frontal entre les deux hommes.

    On retrouve parmi les autres candidats l'ex-président Mahmoud Ahmadinejad, mais tous les commentateurs estiment que sa candidature ne sera pas retenue. Le Conseil des gardiens de la Constitution, instance contrôlée par les religieux conservateurs, a désormais jusqu'au 27 avril pour approuver les candidats autorisés à participer au scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.