GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 29 Juillet
Dimanche 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les coptes endeuillés célèbrent Pâques à Jérusalem

    media C'est ce samedi 15 avril qu'avait lieu la cérémonie du feu sacré dans l'Eglise du Saint-Sépulcre. REUTERS/Amir Cohen

    Près d'une semaine après les attentats qui ont frappé la communauté chrétienne d'Egypte, les coptes endeuillés célèbrent Pâques à Jérusalem. C'est ce samedi 15 avril qu'avait lieu la cérémonie du feu sacré dans l'Eglise du Saint-Sépulcre. Une tradition qui remonte au IVe siècle après JC, très importante pour les chrétiens orthodoxes venus en nombre dans la ville trois fois sainte. Parmi eux plus de 5 000 coptes égyptiens, fortement marqués par les attentats islamistes qui ont frappé les églises de Tanta et Alexandrie il y a quelques jours lors du dimanche des Rameaux.

    Avec notre correspondante à JérusalemMarine Vlahovic

    Cierges à la main, visages tournés vers le ciel, la foule est rassemblée dans l'église du Saint-Sépulcre. C'est du tombeau du Christ que doit jaillir une lumière ; un miracle attendu notamment par les plus de 5 000 coptes égyptiens qui assistent à la cérémonie

    Longtemps « interdits » de pèlerinage par leurs autorités pour cause de solidarité avec les Palestiniens, les coptes égyptiens sont de plus en nombreux à venir chaque année en Terre Sainte. Et près d'une semaine après les attentats qui ont frappé la communauté chrétienne d'Egypte, impossible de ne pas y penser, affirme Mickaël Todary, originaire du Caire : « On vient prier pour l’Egypte principalement. Avant de partir du Caire, tous mes amis m’ont demandé de prier pour l’Egypte et ceux qui ont été tués ».

    Un premier pèlerinage qui est une fête pour Amira Amir, venue de Basse-Egypte. La quinquagénaire ne veut pas se laisser gagner par la terreur. « Nous n'avons pas peur de mourir, ni des terroristes, nous avons seulement peur de Dieu », confie-t-elle.
    Un instant, l'assemblée retient son souffle, la lumière jaillit et le feu sacré allumé par les prêtres circule de main en main. Le miracle est accompli. L'apocalypse n'arrivera pas aujourd'hui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.