GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 27 Avril
Vendredi 28 Avril
Samedi 29 Avril
Dimanche 30 Avril
Aujourd'hui
Mardi 2 Mai
Mercredi 3 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: des centaines de détenus palestiniens entament une grève de la faim

    media Manifestation de soutien aux Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, le 16 avril 2017 à Naplouse, en Cisjordanie. REUTERS/Abed Omar Qusini

    Plus de 1 000 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont entamé une grève de la faim collective ce lundi 17 avril. Un mouvement de protestation inédit depuis des années, lancé par Marwan Barghouti, le leader de la deuxième Intifada, condamné à la perpétuité.

    Cette grève de la faim vise à « mettre fin aux abus » de l'administration pénitentiaire, a indiqué Marwan Barghouti, figure de la résistance palestinienne à l'occupation israélienne, dans une tribune envoyée au quotidien New York Times depuis sa prison de Hadarim, dans le nord d'Israël. Ce mouvement de protestation faisait la Une des médias palestiniens ce lundi, tant la question des prisonniers incarcérés par l'Etat hébreu – actuellement 6 500 – est centrale pour les Palestiniens.

    Depuis 1967 et l'occupation par l'armée israélienne des Territoires palestiniens, plus de 850 000 d'entre eux ont été emprisonnés par Israël, selon leurs dirigeants. Ces dernières années, plusieurs Palestiniens se sont lancés dans des grèves de la faim individuelles pour protester contre des abus. Elles les ont menés au bord de la mort et se sont conclues par des accords sur leur libération. Certains ont toutefois été arrêtés de nouveau ensuite.

    « Apartheid judiciaire »

    Ces initiatives individuelles ont suscité de vifs débats dans la société palestinienne, de nombreuses voix dénonçant des actes dangereux pour ceux qui les mènent et sans impact sur les conditions de l'ensemble des prisonniers. Cette fois-ci, pour la première fois depuis des années, il a été décidé d'un mouvement collectif, qui pourrait être « un test » pour Israël, prévenait il y a quelques jours Qaddoura Farès, qui dirige le Club des prisonniers palestiniens, l'ONG qui fait autorité dans les Territoires occupés sur la question des détenus.

    Marwan Barghouti, grand rival du président Mahmoud Abbas au sein de son parti, le Fatah, et régulièrement en tête dans les sondages sur une hypothétique élection présidentielle palestinienne, est à l'origine de ce mouvement. « Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention », a dénoncé dans sa tribune au New York Times celui qui avait été un des animateurs les plus emblématiques du soulèvement contre Israël entre 2000 et 2005.

    Il a dénoncé « un apartheid judiciaire qui garantit une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et criminalise (...) la résistance palestinienne ». Les prisonniers demandent entre autres des téléphones publics dans les prisons, des droits de visite élargis, la fin des « négligences médicales » et des mises à l'isolement, ainsi que l'accès à des chaînes télévisées et de la climatisation.
    Environ 1 300 prisonniers participent au mouvement « et ce chiffre pourrait augmenter dans les heures à venir », a déclaré à l'AFP Issa Qaraqee, chargé de la question des prisonniers au sein de l'Autorité palestinienne.

    « Selon les informations dont nous disposons pour le moment, 1 500 prisonniers refusent de se nourrir », a précisé de son côté Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers. Le porte-parole de l'administration pénitentiaire israélienne Assaf Librati a affirmé à l'AFP que « 700 prisonniers ont annoncé hier (dimanche) leur intention d'entamer une grève de la faim ».

    → A (re) lire : La grève de la faim, le corps comme arme de protestation

    « Journée des prisonniers »

    Lundi matin, a-t-il ajouté, l'administration menait des « vérifications pour voir combien de prisonniers refusaient effectivement de se nourrir car certains pourraient se borner à une grève symbolique et recommencer à manger ensuite ». Selon le Club des prisonniers, « l'administration pénitentiaire a confisqué tous les biens qui se trouvaient dans les cellules des grévistes » et certains auraient été transférés vers d'autres prisons.

    Cette grève de la faim illimitée est lancée à l'occasion de « la journée des prisonniers » observée chaque année par les Palestiniens depuis plus de 40 ans. Parmi les 6 500 Palestiniens actuellement détenus par Israël, figurent 62 femmes et 300 mineurs (garçons et filles). Environ 500 d'entre eux sont sous le régime extrajudiciaire de la détention administrative qui permet une incarcération sans procès ni inculpation. Treize députés sont aussi emprisonnés.

    Israël occupe les Territoires palestiniens comme la Cisjordanie depuis un demi-siècle. Les négociations de paix qui devaient aboutir à la création d'un Etat palestinien côtoyant l'Etat d'Israël sont au point mort.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.