GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    En Egypte, le pape appelle à renouveler la fraternité islamo-chrétienne

    media Etreinte entre le pape François et Ahmed al-Tayeb grand imam de la mosquée al-Azhar, le Caire, 28 avril 2017. REUTERS/Alessandro Bianchi

    L’Egypte a réservé un accueil très chaleureux au pape François. Un pape dont la première journée de visite, ce vendredi 28 avril, a été extrêmement chargée. Il a en effet rencontré le président Sissi, l’imam de la mosquée al-Azhar et le pape copte orthodoxe. Il a aussi prononcé deux allocutions et participé à une prière œcuménique.

    Avec notre correspondant au Caire,  Alexandre Buccianti

    C’est de l’enceinte de la grande mosquée d’al-Azhar, haute autorité morale de l’islam sunnite, que le pape François a appelé à un renouvellement de la fraternité islamo-chrétienne pour lutter contre l’extrémisme religieux. Un extrémisme contraire à l’essence même des religions au nom desquelles il pratique la violence.

    Le pape François a entamé son discours par un chaleureux « al-Salam Alaykom » – que la paix soit sur vous – qui est la formule musulmane du salut.

    Le pape a estimé que la religion devait faire partie de la solution et non du problème. Une religion qui, selon lui, devait être séparée de la politique et non de la société. Il a conclu par un appel à l’unité pour lutter contre le mal qui menace l’humanité.

    « Vive l’Egypte »

    Devant le président égyptien, le pape a salué le désir de renouveau et d’ouverture prôné par Abdel Fattah al-Sissi tout en évoquant la nécessité de respecter les droits de l’homme. Et de conclure son allocution par un vibrant « Vive l’Egypte », une formule patriotique chère au chef de l’Etat.

    Il s’est enfin rendu à la cathédrale copte orthodoxe où il a présenté ses condoléances et prié pour le repos de l’âme des victimes du terrorisme. « Le christ est ressuscité, bien ressuscité », a-t-il dit au responsable de l'Eglise copte.

    Aux Egyptiens désespérés par l’effondrement de l’industrie vitale du tourisme il a dit que « l’Egypte, mère des civilisations », était « une terre de paix ».

    Sur les réseaux sociaux, des islamistes ont tout de même critiqué la visite du pape qualifiée de « Mouled », ou fête populaire de la nativité du prophète ou d’un saint musulman. Selon eux, le gouvernement accorde plus d’importance au chef des chrétiens qu’aux croyants musulmans. Des critiques qui ont provoqué de violentes contre-attaques de la part d’un grand nombre d’internautes.


    Analyse

    Dans l’enceinte de la prestigieuse université sunnite du Caire, le pape François s’est livré à une longue réflexion sur la violence au nom de la religion. Prenant soin de ne faire aucune référence à l’islam comme avait pu le faire le pape Benoît XVI dans son discours de Ratisbonne, François s’en est tenu à dénoncer la haine quand elle se réclame de la religion comme la « négation de toute religiosité et une falsification idolâtre du nom de Dieu ». « Ensemble affirmons l’incompatibilité entre violence et foi entre croire et haïr » a déclaré François haut et fort.

    Et c’est ce ton à la fois ferme, fraternel et bienveillant que l’on retiendra de ce discours du Caire où le pape a défendu à la fois la paix au nom de Dieu, la liberté religieuse, la séparation de la sphère politique de celle de la pratique, l’accès à l’éducation, la résorption des pauvretés, la rencontre entre les religions et les cultures où « l’autre ne doit pas être vu comme un ennemi mais accueilli en compagnon de route. En Egypte, le pape a appelé les responsables musulmans à devenir des bâtisseurs de la civilisation de la rencontre.

    Le pape François doit célébrer samedi matin une messe en plein air sous haute surveillance avec les fidèles coptes catholiques .

    Son allocution était très claire: elle est pour la paix, elle est pour la fraternité, la solidarité...

    Oussama Nabil, professeur en charge des études francophones à l'université Al-Azhar 29/04/2017 - par Nicolas Falez Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.