GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Mai
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 28 Mai
Lundi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: les Etats-Unis vont armer les Kurdes au risque de froisser la Turquie

    media Un combattant kurde, membre de l'unité de protection des populations dans la ville d'Ain Issi, au nord de Raqqa. AFP PHOTO / DELIL SOULEIM

    C'est une décision qui risque d'accroitre les tensions entre Washington et Ankara. Les Etats-Unis ont décidé d'armer les milices kurdes de Syrie, pourtant qualifiées de terroristes par la Turquie. Objectif affiché par l'administration de Donald Trump : aider ces miliciens kurdes à lutter contre l'organisation Etat islamique et à s'emparer de la ville de Raqqa.

    C'est Jeff Davis, le porte-parole du ministère américain de la Défense qui l'a confirmé ce mardi 9 mai : Washington a décidé de fournir aux combattants kurdes de Syrie l'armement qu'ils réclament pour se battre dans le nord du pays.

    Cette décision était soutenue depuis des mois par le Pentagone, qui estimait nécessaire d'accroitre le soutien aux miliciens kurdes considérés comme le fer-de-lance de la coalition anti-jihadiste dans la région de Raqqa. Si l'administration américaine hésitait, c'est que cette décision va forcément provoquer la colère de la Turquie, qui considère ces miliciens comme des terroristes liés aux séparatistes kurdes du PKK.

    Regain de tensions

    Ces dernières semaines, les relations entre Washington et Ankara s'étaient déjà brutalement dégradées en raison du bombardement par la Turquie d'une base kurde dans le nord-est de la Syrie.

    En décidant d'armer directement les miliciens kurdes engagés dans la bataille de Raqqa, Washington a donc fait un choix très clair : donner la priorité à ceux qui sont en première ligne face à l'organisation Etat islamique, au risque de se brouiller encore davantage avec un allié pourtant crucial dans la région.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.