GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    Moyen-Orient

    Yémen: des alliés du président menacent de faire sécession

    media Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi lors de sa cérémonie d'investiture au Parlement, le 25 février 2012. REUTERS/Khaled Abdullah

    Plongé dans le chaos depuis des années, le Yémen est-il menacé par une nouvelle fracture ? Dans le sud du pays, d'anciens alliés du président Abd Rabbo Mansour Hadi sont entrés en conflit avec lui et menacent de faire sécession.

    La création d'un « Conseil de transition du Sud » a été annoncée ce jeudi 11 mai. Un conseil dirigé par 26 personnalités, parmi lesquelles les gouverneurs de toutes les provinces du sud du Yémen et deux ministres du gouvernement d'Abd Rabbo Mansour Hadi.

    Depuis plusieurs jours, la tension monte au sein du pouvoir, depuis que le président a limogé un gouverneur et un ministre appartenant tous deux à un mouvement séparatiste sudiste qui réclame le retour aux frontières d'avant 1990, date de la réunification du Yémen.

    Cette fronde sudiste fragilise le pouvoir d'Abd Rabbo Mansour Hadi, chassé de Sanaa la capitale par la rébellion chiite des Houthis et contraint d'établir sa capitale provisoire à Aden, la grande ville du Sud.

    Cette brusque résurgence du séparatisme risque de compliquer la tâche du pouvoir reconnu par la communauté internationale, qui peine déjà à reconquérir les territoires contrôlés par les insurgés houthis, malgré le soutien de la coalition commandée par l'Arabie saoudite, qui frappe la rébellion houthi depuis plus de deux ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.