GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'écrivain, dont l'extradition est réclamée par Istanbul, est libre à condition de rester à Madrid, précise son avocat, Ilias Uyar. L'écrivain, en vacances à Grenade, dans le sud de l'Espagne, a été arrêté samedi en vertu d'un mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande de la Turquie. Une arrestation dans le cadre d'une «traque ciblée contre les détracteurs du gouvernement turc vivant en Europe», déclarait hier son avocat. Un représentant du ministère allemand des Affaires étrangères indiquait hier que l'Allemagne était en contact avec les autorités espagnoles pour exiger que Berlin soit impliqué dans toute procédure d'extradition, tout en soulignant qu'aucune extradition ne devait justement avoir lieu, rapporte l'agence Reuters. Dogan Akhanli a fui la Turquie en 1991 et s'est installé à Cologne, en Allemagne, en 1995.

    Moyen-Orient

    Arrestation d'un suspect dans l'affaire sur l'assassinat d'un cadre du Hamas

    media Le chef du Hamas Ismaël Haniyeh annonce l'arrestation d'un homme après l'assassinat d'un cadre du mouvement, Mazen Faqha, en mars dernier. Gaza, le 11 mai 2017. REUTERS/Mohammed Salem

    C'était il y a un mois et demi. Le 24 mars, un cadre militaire du Hamas palestinien était assassiné, dans son immeuble à Gaza. Mazen Faqha était considéré par Israël comme le cerveau de plusieurs attaques meurtrières durant la seconde Intifada. Jérusalem avait d'ailleurs été rapidement désigné par le Hamas comme l'instigateur de cet assassinat. Mais depuis, l'enquête piétinait. Jusqu'à jeudi 11 mai, lorsque l'arrestation du meurtrier présumé a été annoncée par Ismaïl Haniyeh.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Guilhem Delteil

    L'annonce avait été soigneusement préparée. L'arrestation du suspect a été révélée par le nouveau chef du Hamas, l'ancien Premier ministre de l'Autorité palestinienne Ismaïl Haniyeh, aux côtés de la veuve de Mazen Faqha, au pied du domicile où ce cadre de la branche militaire du Mouvement de résistance islamique avait été tué. Ismaïl Hanyeh n'a rien dévoilé de l'identité du meurtrier présumé. Mais il assure que l'homme a « avoué son crime » et qu'il sera « châtié ». Il a aussi tenu à féliciter les forces de l'ordre, et a renouvelé des accusations déjà lancées par le Hamas.

    L'homme arrêté, assure-t-il en effet, n'était qu'un exécutant. C'est Israël, selon Ismaïl Haniyeh, qui a ordonné l'opération. Une annonce qui vise certainement à mettre un terme à des rumeurs de plus en plus insistantes dans la bande de Gaza. Car le silence des autorités au sujet de l'enquête nourrissait l'idée d'un règlement de comptes interne, la thèse avancée par les autorités israéliennes. Mais la présence du nouveau chef du Hamas jeudi souligne aussi l'importance que cette arrestation et cette nouvelle mise en cause d'Israël ont aux yeux du mouvement. Et nourrit les craintes israéliennes de représailles de la part de son ennemi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.