GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Présidentielle iranienne 2017: Hassan Rohani réélu dès le premier tour

    media Le président iranien Hassan Rohani, au moment de voter pour sa réélection à Téhéran. President.ir/Handout via REUTERS/File Photo

    C'est une victoire nette : 57 % des suffrages selon le ministère de l'Intérieur. Face au conservateur Ebrahim Raissi, qui obtient 38,3 % des voix, le président sortant de la République islamique d'Iran obtient la majorité absolue des suffrages au premier tour, améliorant sensiblement son score d'il y a quatre ans (un peu plus de 50 %). Hassan Rohani est conforté. Il a salué le vote du peuple iranien, qui « achoisi la voie de l'entente ».

    La télévision d’Etat de la République d'Iran, contrôlée par les conservateurs, a félicité le président Rohani pour sa réélection. Les partisans du président réformateur, qui remporte une large victoire, pourraient descendre dans la rue ce samedi soir, notamment dans la capitale, Téhéran. Selon les derniers résultats, le candidat modéré augmente son score par rapport à 2013, non seulement en nombre de voix mais aussi en pourcentage. Hassan Rohani sort renforcé de l'élection.

    « Le peuple iranien a choisi la voie de l'entente avec le monde », s'est-il félicité lors d'une allocution retransmise à la télévision d'Etat. « Le message de notre peuple a été clairement exprimé. Le peuple iranien a choisi la voie de l'entente avec le monde, loin de l'extrémisme », a-t-il ajouté. Mais pas question de subir des menaces et des humiliations, a encore prévenu le président réélu : « On veut être correctement entendu par tous les pays, nos voisins et surtout les grandes puissances. Nos élections ont montré à nos voisins et les pays de la région que le chemin de la sécurité passe par le renforcement de la démocratie et le respect des votes du peuple et ne doit pas se baser sur les pouvoirs extérieurs. »

    Je suis fan de Rohani. Les conservateurs sont contre les femmes, ils nous imposent des contraintes. Mais Rohani lui nous a donné plus de libertés
    Les iraniens réagissent à la victoire d'Hassan Rohani 20/05/2017 - par Murielle Paradon Écouter

    Après l'accord trouvé entre l'Iran et les grandes puissances du groupe « 5+1 », l'élection se jouait depuis le début entre deux hommes : Hassan Rohani souhaitait poursuivre sa politique d'ouverture et de réformes, tandis qu'Ebrahim Raissi, soutenu par le guide suprême Ali Khamenei, souhaitait une inflexion. Deux autres candidats participaient au premier tour, un réformateur et un conservateur, mais ils ont obtenu quelques centaines de milliers de voix chacun seulement.

    Jour de vote en Iran, réécoutez nos éditions spéciales

    Le bilan de Rohani est relativement mitigé sur le plan économique. Le chômage reste extrêmement élevé, surtout chez les jeunes. Les chiffres macro-économiques se sont eux améliorés
    Thierry Kellner enseignant en sciences politiques à l'Université libre de Bruxelles 20/05/2017 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Durant la campagne, le président iranien sortant avait appelé les électeurs de son pays à participer massivement au scrutin pour lui donner encore plus de voix qu’il y a quatre ans, et lui permettre aussi de poursuivre la politique engagée lors de son premier mandat. Hassan Rohani a été entendu. Il pourra donc continuer sur sa ligne réformiste sur le plan non seulement politique, mais aussi culturel et social, et continuer d'ouvrir l'Iran sur le monde. Et ce, avec les coudées plus franches.

    Mais il devra bien sûr continuer de compter avec l’ayatollah Ali Khamenei, rappelle notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi. C'est en effet le guide suprême qui fixe les grandes lignes de la politique du pays, notamment en ce qui concerne les Affaires étrangères étrangères. Il devra composer aussi avec la justice, contrôlée par les conservateurs, ou encore avec les Gardiens de la Révolution, l’armée d’élite du régime islamique.

     → Qu’est-ce qu’un président dans la République islamique d’Iran ?

    Suivez également l'élection présidentielle iranienne 2017 sur RFI en persan

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.