GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Iran: les réformateurs s'emparent du Conseil municipal de Téhéran

    media Le retour des réformateurs à la mairie de Téhéran marque une sévère défaite pour l'actuel maire de la capitale, Mohammad Bagher Ghalibaf. REUTERS

    En même temps que l’élection présidentielle, remportée haut la main par le président modéré sortant Hassan Rohani, les Iraniens ont élu les membres des Conseils municipaux à travers le pays. A Téhéran, contrôlée par les conservateurs depuis 14 ans, ce vote était hautement symbolique.

    Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi

    C'est une large victoire des réformateurs et des modérés à Téhéran. La liste « Omid » (Espoir) des réformateurs, a remporté la totalité des 21 sièges du Conseil municipal de la capitale. La liste était dirigée par Mohsen Hachemi Rafsandjani, le fils de l'ex-président modéré Akbar Hachemi Rafsandjani, mort en janvier dernier, mais qui était l'allié du président Rohani.

    La disparition des conservateurs au Conseil municipal est une sévère défaite pour l'actuel maire conservateur de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf. Candidat dans un premier temps à la présidentielle, il s'était retiré pour soutenir le religieux conservateur Ebrahim Raissi, largement battu par Hassan Rohani.

    Raz-de-marée

    Dans d'autres villes du pays, les réformateurs arrivent également en tête et devraient contrôles les principales villes de l'Iran. Il s'agit donc d'un véritable raz-de-marée au profit des réformateurs et des modérés qui vont contrôler la plupart des grandes villes du pays.

    Les réformateurs vont ainsi revenir sur la scène politique avec force après avoir été écartés des rouages du pouvoir durant les années de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui a dirigé le pays de 2005 à 2013. Le président Rohani peut également s'appuyer sur ces élus locaux pour mener à bien ses réformes politiques et sociales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.