GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La crise diplomatique du Qatar, une aubaine pour l'Iran?

    media Le guide suprême iranien, l'ayatollah Khamenei, le 4 juin 2017 à Téhéran. Leader.ir/Handout via REUTERS

    La crise diplomatique entre le Qatar d'un côté, et l’Arabie saoudite avec plusieurs de ses alliés de l'autre -notamment les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte-, est de nature à inquiéter l’Iran. La grande puissance chiite de la région, rivale de l’Arabie saoudite, a appelé une dizaine d’homologues arabes et musulmans pour éviter une escalade. Mais une crise entre l’Arabie saoudite et ses plus proches alliés arabes peut aussi renforcer l’influence de Téhéran.

    Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a multiplié les contacts avec ses homologues arabes et musulmans pour prôner le dialogue entre les deux parties. Il a appelé notamment son homologue quatarien, mais aussi les chefs de la diplomatie algérienne, irakienne, libanaise, omanaise ou encore tunisienne et turque. La diplomatie iranienne met en garde face à la perspective d'une nouvelle crise au Moyen-Orient, alors que la région souffre déjà de plusieurs conflits et fait face au terrorisme.

    Mais dans le même temps, la crise entre l’Arabie saoudite et ses alliés arabes du golfe Persique fait le jeu de l’Iran. En effet, la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite et le Conseil de coopération du Golfe ont de fait volé en éclats. Car parmi les cinq membres de ce conseil, Oman et le Koweït n’ont pas suivi l’Arabie saoudite dans ses sanctions contre le Qatar.

    Riyad accuse même Doha de soutenir les activités des groupes chiites liés à Téhéran dans sa province de Qatif, qui abrite une minorité de chiites, mais aussi des groupes comme le Hamas palestinien, que l’Iran soutient également. L’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite sont rivaux dans toute la région, notamment en Syrie, en Irak, au Yémen, mais aussi au Liban ou encore à Bahreïn. Une crise entre l'Arabie saoudite  et ses plus proches alliés arabes ne peut que renforcer l'influence de l'Iran.

    → À relire : Plusieurs pays arabes rompent les liens diplomatiques avec le Qatar

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.