GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Crise diplomatique dans le Golfe: l’émir du Koweït au secours de l’émir du Qatar

    media L'émir du Koweït, Sabah al-Ahmad al-Jabir al-Sabah (g), en compagnie du roi d'Arabie saoudite, Salman, le 6 juin 2017 à Jeddah. Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court/Handout via REUTER

    Le Qatar est plus que jamais isolé. L’Arabie saoudite et ses alliés ont rompu les liens avec cette petite monarchie du Golfe, accusée de soutenir le terrorisme. Le Qatar est pourtant membre comme l’Arabie saoudite du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Un club qui regroupe notamment les Emirats arabes unis, Bahreïn, Oman et le Koweït. Et c’est justement du Koweït que viendra peut-être le salut du Qatar.

    Les autorités koweïtiennes cherchent à jouer les médiateurs pour mettre fin à la crise diplomatique qatarienne. Contrairement aux Saoudiens, aux Bahreïniens et aux Emiriens, qui campent sur la ligne dure, le Koweït met de côté les divergences et cherche à rétablir le dialogue.

    « En 2014 déjà, il y avait eu une première crise avec le Qatar, et nous avions à l’époque souhaité une médiation qui a d’ailleurs porté ses fruits. Nous avions réunifié les positions des pays du Golfe. Aujourd’hui, nous entamons la même démarche et nous souhaitons réunifier le CCG », explique Khaled al-Jarrallah, vice-ministre des Affaires étrangères du Koweït sur les antennes de MCD.

    « Nous allons réussir »

    Le Conseil de coopération des pays du Golfe traverse aujourd’hui la plus grave crise depuis sa création en 1981. Le géant saoudien impose sa vision sur les questions internationales. Le Qatar, électron libre du CCG, est sommé de renter dans le rang.

    « Nous avons vraiment confiance en nos capacités, les capacités du CCG, à apaiser les tensions. Je ne souhaite pas qu’on parle d’un échec du CCG. Nous restons optimistes. Nous allons réussir », assure Khaled al-Jarrallah. Des efforts de médiation salués par Doha, alors que la diplomatie saoudienne semble rester intransigeante.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.