GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Aux Etats-Unis, des déclarations contradictoires sur le Qatar

    media L'émir du Qatar (G) recevant le président Trump, le 21 mai 2017, à Riyad. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo

    La crise autour du Qatar: le chef de la diplomatie qatarienne rencontre aujourd'hui son homologue russe à Moscou. Le pays cherche des soutiens après avoir été mis au ban de la région. L'Arabie saoudite et quatre autres pays ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar l'accusant de soutenir le terrorisme. Aux Etats-Unis, le président Donald Trump a réagi ce vendredi 9 juin au soir mais ses déclarations contredisent les propos de son secrétaire d'Etat.

    « La nation du Qatar, malheureusement, a historiquement financé le terrorisme à un très haut niveau », a accusé Donald Trump dans une conférence de presse à la Maison blanche, réclamant un arrêt immédiat de ces financements. Des propos qui tranchent avec ceux prononcés par son secrétaire d'Etat un peu plus tôt.

    Rex Tillerson a tenté de jouer l'apaisement en appelant l'Arabie saoudite et ses alliés à alléger le blocus autour du Qatar. L'arrêt des liaisons aériennes, maritimes et terrestres avec l'émirat pourraient avoir des conséquences humanitaires sur la population qatarienne. Cela pourrait aussi gêner la lutte contre le groupe Etat islamique, selon Rex Tillerson.

    Base stratégique

    Les Etats-Unis ont une base militaire stratégique sur le sol qatarien, d'où ils peuvent lancer des opérations contre les jihadistes. L'Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahrein l'Egypte et le Yémen ont rompu, lundi, leurs relations diplomatiques avec le Qatar, quinze jours seulement après la visite de Donald Trump à Ryad.

    Le Qatar est soupçonné de soutenir le terrorisme, mais ce sont des accusations sans fondements, pour Doha. L'Arabie saoudite et Bahreïn ont salué, samedi, l'appel de Trump au Qatar à ne plus soutenir le terrorisme mais n'ont pas répondu à l'appel du département d'Etat américain qui leur demandait d'alléger la pression sur Doha.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.