GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Embargo contre le Qatar: les gestes de bonne volonté dans la crise

    media A Doha, la capitale qatarienne, le 6 juin, des familles se prennent en photo devant le canon du ramadan qui annonce quotidiennement la rupture du jeûne. REUTERS/Naseem Zeitoon

    Les protagonistes de la crise dans le Golfe ont fait, sous la pression internationale, quelques gestes dimanche pour tenir compte des conséquences humanitaires de l'embargo régional contre le Qatar, mais aucune solution n'apparaît encore à l'horizon. Les liaisons terrestres, maritimes et aériennes ont été suspendues, entraînant des conséquences parfois dramatiques pour des milliers de personnes.

    Lorsque la crise a éclaté le 5 juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn avaient donné 14 jours aux Qatariens pour quitter leurs territoires. Mais, refusant de faire la même chose, Doha a déclaré ce dimanche que les détenteurs de passeports de ces pays - ils seraient 11 000 selon des chiffres officiels -- pouvaient rester dans l'émirat. Même si le Qatar continue de dénoncer des « campagnes hostiles et tendancieuses » à son égard.

    De leur côté, les autorités d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unies et de Bahreïn ont légèrement assoupli leur position. EIles ont demandé que soient pris en compte des « cas de familles mixtes », susceptibles d'être séparées en raison de la crise. Selon la chaîne de télévision qatarienne al-Jazeera, ces pays seraient en train de mettre en place des numéros d'urgence pour aider ces personnes.

    Samedi, Amnesty International était montée au créneau. L'organisation de défense des droits de l'homme a accusé Riyad de « jouer » avec la vie de milliers d'habitants du Golfe, « séparant des familles et détruisant les moyens de subsistance et d'éducation d'une partie de la population ».

    L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, le Yémen et l'Egypte ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de « soutenir le terrorisme ».

    ► A (re) lire : Crise dans le Golfe: le Qatar sous pression

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.