GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Turquie: Ankara plus que jamais derrière le Qatar

    media Le président turc Tayyip Erdogan a rencontré samedi le ministre de la Défense du Qatar, Khalid bin Mohammad Al-Attiyah. Reuters

    En Turquie, le pouvoir d’Ankara réaffirme son soutien au Qatar, deux jours avant la fin de l’ultimatum décrété par l’Arabie Saoudite et ses alliés. Le régime de Recep Tayyip Erdogan dénonce un embargo qualifié « d’illégal », et semble prêt à aller jusqu’au bout pour défendre le petit émirat. C’est ce qui est ressorti notamment de la rencontre samedi entre le président Erdogan et le ministre qatarien de la Défense, en visite officielle à Ankara.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    Officiellement le pouvoir turc se dit confiant : une solution pourrait être trouvée dans les prochains jours, c’est ce qu’annonce la présidence turque samedi. Mais derrière le ton diplomatique optimiste, Ankara, tout comme son allié qatarien, n’entend pas faire de compromis : hors de question par exemple, de fermer la base militaire turque dans l’émirat.

    C’est pourtant l’une des exigences de l’ultimatum. Un ultimatum qui a d’ailleurs été dénoncé par le président Erdogan comme étant « contraire au droit international ». La Turquie est donc prête à défier les puissances régionales, l’Arabie saoudite en tête, pour défendre Doha.

    Ankara qui semble faire le pari que le Qatar pourra résister même à un embargo renforcé, si la Turquie maintient son soutien. Une position maximaliste qui inquiète certains acteurs économiques, alors que la Turquie a multiplié les conflits diplomatiques avec ses voisins depuis une décennie, et que le pays n’a peut-être pas les moyens de s’engager dans une nouvelle crise régionale, au moment où l’économie turque montre plusieurs signes de faiblesse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.