GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Washington et Doha s’accordent pour lutter contre le financement du terrorisme

    media Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson (g) et son homologue qatari le cheikh Mohamed ben Abdelrahman al-Thani, mardi 11 juillet 2017 à Doha. REUTERS/Naseem Zeitoon

    Le Qatar et les Etats-Unis ont annoncé mardi 11 juillet un accord bilatéral pour lutter contre le financement du « terrorisme » au moment où Doha est mis à l'index par ses voisins pour son soutien présumé aux groupes extrémistes. L'annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Mohammed ben Abderrahman al-Thani, et le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, qui effectue une visite à Doha dans le cadre d'une médiation dans la crise qui oppose le Qatar à l'Arabie saoudite et ses alliés. Un accord d'ores et déjà jugé « insuffisant » par ces derniers.

    L'accord contient « les efforts futurs que le Qatar peut faire pour renforcer sa lutte contre le terrorisme et s'attaquer activement aux problèmes du financement du terrorisme ». C'est ce qu'a expliqué un conseiller du secrétaire d'Etat. « C'est un pas en avant », a-t-il ajouté dans un communiqué.

    Mais pas d'autres précisions pour le moment. En tout cas, c'est un accord qui vient à point nommé. Il a été conclu au moment où l’Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn et l'Egypte, qui ont rompu en juin leurs relations diplomatiques avec Doha accusent l'émirat de parjure.

    La chaîne de télévision CNN a diffusé ce mardi 11 juillet en exclusivité le texte des deux accords censés mettre fin à cette crise, signés avec le Qatar il y a trois ans, et qui engageait Doha à ne pas soutenir des organisations d'islamistes radicaux, comprenez surtout les Frères musulmans, et aussi de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran, le grand rival de l'Arabie saoudite.

    Selon CNN, les derniers mots que le roi Abdallah d'Arabie saoudite, décédé en 2015, aurait adressés à l'émir du Qatar, cheikh Tamim, furent « tu es un menteur, comme ton père ». C'est dire l'état des relations entre le Qatar et son voisin saoudien.

    Un accord « insuffisant »

    « Ce pas est insuffisant », estiment dans un communiqué commun les quatre pays arabes qui ont imposé des sanctions à Doha, ajoutant qu’ils « surveilleront de près le sérieux des autorités qataries dans leur combat contre toutes formes de financement et de soutien du terrorisme ».

    Le secrétaire d'Etat américain, qui a entamé sa tournée au Koweït, médiateur dans la crise du Golfe, doit rencontrer mercredi à Jeddah ses homologues d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Bahreïn et d'Egypte.

    ► A (re) lire : Crise dans le Golfe: le Qatar sous pression

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.