GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A New York, le chef de la diplomatie iranienne tente de déminer les sujets sensibles

    media Le ministre des Affaires étrangères iranien, Javad Zarif, à New York, le 17 juillet 2017. REUTERS/Lucas Jackson

    Le ministre des Affaires étrangères iranien est à New York pour deux jours. Avant de prononcer un discours à l'ONU ce mardi 18 juillet, il était l'invité d'un club de réflexion, où il s'est exprimé sur l'actualité diplomatique de son pays. Javad Zarif a ainsi parlé des différents problèmes du Proche-Orient. Se voulant très ouvert, il a notamment espéré que le conflit au Yémen ne provoquera pas une crise de son pays avec l'Arabie saoudite, dénoncé l'inefficacité des régimes de sanctions, et présenté l'Iran comme un partenaire incontournable pour l'équilibre de la région et la lutte contre le terrorisme.

    De notre correspondant à  New York, Grégoire Pourtier

    Souriant, charmeur, blagueur même... Javad Zarif était à son aise lundi 17 juillet face à un parterre de spécialistes qui n'a pas chercher à le bousculer. Le ministre iranien des Affaires étrangères a pu balayer tous les sujets du moment, restant très évasifs sur certains, la Syrie par exemple.

    Attendu sur le dernier point de friction avec les Etats-Unis, la condamnation à 10 ans de prison d'un étudiant sino-américain accusé d'espionnage, il a défendu la décision du tribunal de son pays, et réfuté tout caractère politique: « Nous avons une justice indépendante, et le gouvernement n'exerce aucun contrôle dessus, c'est écrit très clairement dans notre Constitution. Cette justice a estimé qu'elle avait les éléments, selon elle, pour prouver que ce jeune homme était impliqué dans des faits d'espionnage. Alors vous pouvez avoir ici une autre définition de l'espionnage, et je respecte cela. Mais on ne peut pas simplement dire que c'était une décision arbitraire. »

    Deux ans après l'accord sur le nucléaire iranien, ce nouvel événement pourrait ainsi tendre de nouveau la situation entre Washington et Téhéran, alors que de nouvelles sanctions ont déjà été récemment décidées par le Sénat américain.

    Si Javad Zarif n'a pas mis d'huile sur le feu, il a indiqué qu'il n'avait encore jamais parlé avec Rex Tillerson, son nouvel homologue américain, alors qu'il avait eu l'impression de passer sa vie avec John Kerry, alors secrétaire d'Etat de Barack Obama.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.