GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: l’ONU accuse Riyad de la frappe contre des civils sur un camp de déplacés

    media L’ONU a souligné qu'il n'y avait pas d'objectifs militaires dans la région de Taëz visée par la coalition. Le 16 mars 2017, une frappe aérienne avait déjà détruit une école de la ville de Taëz. Ahmad AL-BASHA / AFP

    L'ONU a accusé vendredi la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite d'être responsable d'une frappe aérienne contre des civils cette semaine au Yémen, en soulignant qu'il n'y avait pas d'objectifs militaires dans la région visée. Une vingtaine de civils ont trouvé la mort dans un camp de déplacés dans la région de Mawza, près de Taëz, la grande ville du sud-ouest du Yémen aux mains des rebelles chiites houthis.

    Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) est formel, les frappes ont touché trois familles réfugiées dans des huttes de fortunes. Et selon lui, l'attaque a été menée par les « Forces de coalition arabes », autrement dit la coalition dirigée par l'armée saoudienne qui lutte contre les rebelles chiites et soutient le gouvernement yéménite.

    Et le Haut-Commissariat enfonce le clou : « Il ne semble y avoir aucun militaire à proximité immédiate des maisons détruites », précise-t-il. Les civils constituent plus de la moitié des 8 000 morts du conflit depuis l'intervention de la coalition dirigée par Riyad.

    Ces bombardements d'objectifs civils s'ajoutent à une situation sanitaire des plus alarmantes. Le manque de soins, le manque d'hôpitaux et la destruction systématique des infrastructures sanitaires font que chaque jour à présent 5 000 Yéménites contractent le choléra.

    En outre, plus de 7 millions de personnes sont menacées de famine, y compris plus de 2,3 millions d'enfants mal nourris âgés de moins de cinq ans.

    Relire : Le Yémen ravagé par deux ans de guerre

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.