GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Esplanade des Mosquées: un mouvement protestataire issu de la rue palestinienne

    media Prière de Palestiniens près de la porte des Lions, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 24 juillet 2017. REUTERS/Ammar Awad

    Après une semaine d’affrontements meurtriers, Israël a décidé de retirer les détecteurs de métaux installés sur l'esplanade des Mosquées suite à l’attaque du 14 juillet, qui avait coûté la vie à deux policiers. Mais l'alternative sécuritaire proposée, des caméras «intelligentes» dans la Vieille Ville, est également contestée par les fidèles musulmans. Ils se sont réunis mardi 25 juillet en masse pour protester, avant d’être dispersés violemment par la police. Ils promettent de se réunir ce mercredi encore.

    Avec notre correspondante dans la région,  Marine Vlahovic

    Pour remplacer les détecteurs de métaux autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, Israël avait annoncé la mise en place de caméras « intelligentes » dans toute la Vieille Ville. Un plan à 25 millions de dollars. Mais les fidèles et les autorités religieuses musulmanes demandent le retrait de toutes les mesures de sécurité autour de ce lieu saint de l'islam.

    Et si ce sont les autorités religieuses musulmanes qui avaient initié le mouvement de contestation il y a quelques jours, en appelant au boycott de l'esplanade des Mosquées, il semble que ce soit les habitants de Jérusalem-Est qui désormais mènent la danse. Ce sont eux qui se sont rassemblés mardi soir par milliers pour dénoncer l’alternative aux détecteurs de métaux proposée par Israël, et ce sont eux qui promettent d'en faire de même ce mercredi soir.

    Le Waqf, « institution cultuelle et culturelle » qui, comme l'explique le chercheur Frédéric Encel, gère les lieux saints et prend ses ordres de Jordanie, a adopté une position ambiguë, se cachant d’abord derrière la création d’un comité technique chargé d’évaluer la situation, tout en demandant à ce que la situation revienne « à ce qu'elle était avant le 14 juillet ». Sûrement pour contenter la rue palestinienne, car encore une fois, c’est désormais elle qui donne le ton.

    Le Waqf peut exiger qu'il y ait non seulement plus de portique, mais pas non de caméras, et en fait, aucune installation de sécurité. Autrement dit revenir au statu quo ante, ce qui lui permettrait d'obtenir davantage d'autonomie vis-à-vis du pouvoir politique que constitue l'Etat jordanien

    Frédéric Encel, maître de conférence à Sciences po-Paris 26/07/2017 - par Benjamin Delille Écouter

    Un mouvement qui se veut indépendant des forces politiques

    Dans la foule qui se rassemble pour prier depuis dix jours, on trouve des habitants de différents quartiers de Jérusalem-Est. Pratiquants ou non, ils prennent le micro à tour de rôle pour s’exprimer. Un mouvement de société civile, non violent. Une fois la prière achevée, les appels au calme résonnent de toute part. Les heurts éclatent souvent après que la foule a été dispersée par la police israélienne.

    C’est également un mouvement sans logique partisane, et que ses membres disent sans leadership. Ni Fatah, ni Hamas, les deux factions palestiniennes rivales, mais seulement le peuple de Jérusalem-Est, répètent inlassablement les manifestants. Les deux partis essaie pourtant de tirer leur épingle du jeu. Mardi, le Fatah de Mahmoud Abbas a appelé à poursuivre la mobilisation.

    Tandis que le président de l’Autorité palestinienne lui-même a annoncé le maintien du gel de la coopération sécuritaire avec Israël en Cisjordanie - une décision lourde, qui pourrait embraser les Territoires palestiniens -, Nasser al-Qidwa, neveu de Yasser Arafat et membre du comité central du Fatah, a demandé à la communauté internationale de prendre ses responsabilités. Et d'appeler, à demi-mot, au vote d’une résolution par l’ONU.

    Nous sommes d’accord: toutes les mesures de sécurité prises par Israël depuis le 14 juillet doivent cesser, tous les équipements doivent être retirés et les choses doivent revenir comme elles étaient avant. Malheureusement, le Conseil de sécurité de l'ONU n’a pas réussi à prendre les actions nécessaires au regard des dangereux évènements de ces derniers jours. Cependant, la communauté internationale n’a pas encore vraiment pris position. Nous avons l’espoir qu'elle utilisera le vocabulaire nécessaire pour une déclaration qui sera inscrite dans le droit international
    Nasser al-Qidwa, membre du comité central du Mouvement de libération de la Palestine (Fatah)

    Prière dans la Vieille Ville de Jérusalem, près de la porte des Lions, le 24 juillet 2017. REUTERS/Ammar Awad

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.