GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Jordanie abolit une loi autorisant un violeur à épouser sa victime

    media Des Jordaniennes suivent des cours d'autodéfense, de plus en plus prisés à Amman, en février 2016 (image d'illustration). KHALIL MAZRAAWI / AFP

    En Jordanie, comme dans de nombreux pays arabes, la loi protégeait jusque là les violeurs en leur permettant d’épouser leur victime. Le Parlement jordanien vient d’abolir cette loi.

    Le vote a eu lieu dans le cadre d’un projet d'amendement du code pénal. Les organisations de défense des droits de l'homme, qui militaient depuis longtemps pour l’abolition de cet article permettant aux violeurs d'éviter la prison s'ils acceptaient d'épouser leur victime, ont salué cette décision.

    « Le retrait de cet article est une victoire pour toutes les victimes de viol » , s'est réjouie Eva Abou Halaweh, avocate à la tête du groupe Mizan. « Les pays arabes doivent suivre cet exemple », « Les femmes ne sont PAS une propriété », peut-on lire sur les réseaux sociaux.

    Ces mariages forcés avec leur violeur étaient une double peine pour les femmes jordaniennes, contraintes par leur famille à épouser leur bourreau. Plus de 160 cas de viol ont été recensés dans le royaume en 2016, selon des chiffres officiels.

    Les tribunaux ont souvent fait preuve de clémence avec les violeurs mais le gouvernement jordanien veut désormais consolider la protection de la famille jordanienne. Et cela semble enfin passer par la protection des femmes.

    La semaine dernière, la Tunisie a supprimé une disposition similaire mais plusieurs pays arabes ; l'Algérie, l'Irak, la Libye, la Syrie, le Koweït et les Territoires palestiniens conservent des législations qui encouragent le mariage entre un violeur et sa victime.

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.