GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Israël: la pression judiciaire s'accentue sur Benyamin Netanyahu

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu le le 30 juillet 2017 à Jérusalem. REUTERS/Amir Cohen

    Un ancien proche collaborateur du Premier ministre israélien accepte de témoigner contre lui dans deux affaires de corruption. De son côté, Benyamin Netanyahu rejette ces accusations.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Michel Paul

    Les choses commencent à se précipiter pour le Premier ministre israélien, avec un nouveau problème qui surgit en provenance de l'entourage même du chef du gouvernement israélien.

    L'élément nouveau, c'est la signature d'un accord entre le parquet israélien et un ancien collaborateur du Premier ministre. Ari Harow, qui dans le passé avait dirigé le cabinet de Benyamin Netanyahu a accepté de devenir témoin à charge. Il évite ainsi une peine de prison et se contentera d'effectuer des travaux d'utilité collective.

    Il devra en outre s'acquitter d'une amende de plus de 160.000 euros, en échange de quoi il va témoigner dans deux affaires dans lesquelles Netanyahu serait impliqué. Deux enquêtes pour corruption et malversation. Des cadeaux reçus notamment de la part d’un milliardaire australien, mais aussi un accord secret avec le propriétaire du quotidien israélien Yediot Aharonot pour la publication d'articles favorables au Premier ministre.

    Le parquet israélien a signé un accord avec un autre témoin à charge, cette fois dans l'affaire de l'acquisition de sous-marins allemands. Un commentateur l'affirme : « Il n'y a plus le choix. Il va falloir remplacer Netanyahu ». Le Premier ministre quant à lui continue de clamer son innocence.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.