GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    Moyen-Orient

    Egypte: prohiber le burkini ou le bikini, le débat agite les réseaux sociaux

    media Deux Egypte s’affrontent: celle qui a opté pour le modernisme et celle qui est influencée par le wahhabisme. FETHI BELAID / AFP

    Depuis une dizaine de jours, les réseaux sociaux égyptiens se sont transformés en champ de bataille rangée autour du burkini. Partisans et adversaires du maillot dit « islamique » s’accusent d’immoralité ou d’obscurantisme. Comment cela a-t-il commencé ?

    De notre correspondant au Caire,

    C’est une conséquence indirecte de l’assassinat de trois touristes étrangères le mois dernier sur une plage d’Hurgada en mer Rouge. Afin de compenser les annulations, les hôtels ont fait une campagne de promotion pour relancer le tourisme égyptien. Et parmi ces nouveaux touristes, il y avait des femmes qui se mettaient en maillot de bain et d’autres en burkini.

    Or, cette tenue, la plupart des hôtels l'ont interdite à la piscine. De quoi provoquer une vive réaction sur les réseaux sociaux de la part des conservateurs égyptiens. Selon eux, les hôtels voulaient imposer une « tenue indécente », et même le bikini. Le ministère du Tourisme a réagi en envoyant une directive à tous les hôtels, leur interdisant d’interdire le « maillot conforme à la charia ».

    Mesure sanitaire, ou acte socio-politique ?

    La réaction n’a pas tardé. Les professionnels du tourisme ont qualifié la directive du ministère de « diktat » menaçant l’industrie, expliquant que l’interdiction du burkini était liée à des normes sanitaires dans l’espace confiné que constitue une piscine. Ils affirmaient que la quantité et la qualité du tissu du burkini, parfois fait maison, pouvaient répandre des bactéries ou réagir avec le chlore.

    Pour des internautes libéraux, par ailleurs, il s’agissait d’un acte socio-politique visant à répandre le conservatisme wahhabite. Certains sont allés jusqu’à estimer que c’était le dernier clou enfoncé dans le cercueil d’un tourisme déjà mal en point. « De quoi faire fuir les derniers touristes en leur faisant croire qu’ils étaient à Kandahar », en Afghanistan, écrit sarcastiquement un internaute sur Facebook.

    Un affrontement entre deux modèles de société

    Résultat, le ministère du Tourisme a annulé la directive contre l’interdiction du burkini. Mais cette polémique reflète une profonde division au sein de la société. Deux Egypte s’affrontent : celle qui a opté pour le modernisme progressivement introduit depuis Méhémet Ali au début du XIXe siècle, et celle influencée par le wahhabisme répandu après le boum pétrolier des années 1970.

    L'Egypte qui a pris l’Occident pour modèle de société, et l'autre qui a pris l’islamisme pour modèle et demande un retour aux sources, se sont affrontées politiquement au cours des dernières années. En 2012, il y a eu les victoires électorales des Frères musulmans ; en 2013, un soulèvement populaire des libéraux. L’armée a tranché contre les islamistes. Mais le rapprochement avec l’Arabie saoudite peut inverser la tendance.

    → À relire :  : Préjugés, fantasmes et réalités de la masculinité dans le monde arabe

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.