GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur à Berlin pour protester contre une déclaration allemande sur le Liban (agence)
    • Syrie/chimique: nouveau veto russe à une résolution prolongeant les enquêtes internationales
    • Liban: Hariri affirme être «en route pour l'aéroport» pour quitter Ryad (tweet)
    Moyen-Orient

    L'homme le plus vieux du monde est mort en Israël

    media Yisrael Kristal, chez lui à Haïfa, en Israël, le 21 janvier 2016. SHULA KOPERSHTOUK / AFP

    Yisrael Kristal, un Israélien de 113 ans, était l'homme le plus âgé au monde. Il est mort ce vendredi 11 août 2017, un mois avant ses 114 ans. Avant d'émigrer, il a survécu à deux guerres mondiales et à la déportation dans le camp d'Auschwitz.

    Yisrael Kristal naît en Pologne – alors sous domination russe –, dans le village de Zarnow, le 15 septembre 1903. Soit trois mois avant que les frères Wright n’effectuent le premier vol au monde dans un avion motorisé.

    Juif, Yisrael Kristal vit la Première et surtout la Seconde Guerre mondiale. En 1939, les nazis l’enferment dans le ghetto de son village de Lodz avant de le déporter quatre ans plus tard vers le camp de concentration d’Auschwitz, où il voit mourir sa femme et ses deux fils.

    A sa sortie du camp d'extermination, Yisrael Kristal ne pèse plus que 37 kilos, mais il est en vie. En 1950, il émigre avec sa seconde femme pour Israël où il choisit la ville de Haïfa, dans le nord. Il y tient jusqu’à sa retraite une entreprise de confiserie. Il ne parlera jamais beaucoup de l'holocauste, même s'il confie il y a quelques années au journal israélien Haaretz qu'on « pourrait écrire deux livres entiers pour chaque journée passée là-bas ».

    L'homme était, selon sa fille, quelqu'un de très optimiste, qui « en toute chose voyait du bien ». En 2016, ce juif pratiquant avait célébré sa Bar Mitzvah, cette cérémonie juive du passage à la majorité religieuse, dont la Première Guerre mondiale l'avait privé. Il laisse derrière lui deux enfants, neuf petits-enfants et trente-deux arrières petits-enfants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.