GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Aujourd'hui
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Migrations: Benjamin Griveaux craint que l'Union européenne «se délite définitivement» faute de «projet commun» (Radio Classique)
    • Grève SNCF: Philippe Martinez (CGT) invite le Premier ministre Edouard Philippe à un «débat télévisé» sur le service public ferroviaire
    Moyen-Orient

    L'Irak et l'Arabie saoudite multiplient les signes de rapprochement

    media Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir reçu par le Premier ministre irakien Haidar al-Abadi, à Bagdad, le 25 février 2017. IRAQI PRIME MINISTER'S PRESS OFFICE / AFP

    Un journal saoudien annonce la prochaine réouverture d'un poste-frontière entre l'Irak et l'Arabie saoudite, 27 ans après sa fermeture. Au même moment, Riyad et Bagdad disent vouloir créer une commission mixte pour le commerce. Ces annonces suivent une série de visites bilatérales. En toile de fond de ces efforts de rapprochement, il y a la lutte d'influence que l'Arabie saoudite et l'Irak se livrent dans la région.

    L'Arabie saoudite a coupé les ponts avec l'Irak lors de la première Guerre du Golfe en 1990. Mais la chute du dirigeant irakien Saddam Hussein en 2003 n'a pas permis de rapprocher les deux pays. A cette époque, l'Irak à majorité chiite s'est en effet rapproché de l'Iran, grand rival du royaume saoudien.

    Depuis 2015 toutefois, Riyad multiplie les efforts pour tenter de retrouver de l'influence en Irak, ce voisin arabe avec lequel l'Arabie saoudite partage une immense frontière.

    Le chef de la diplomatie saoudienne s'est rendu à Bagdad en début d'année. En juin, c'est le Premier ministre irakien qui était reçu à Riyad, suivi il y a quelques jours par Moqtada Sadr, figure incontournable de la scène politique irakienne.

    L'enjeu pour l'Arabie saoudite est d'entretenir des liens politiques et économiques suffisamment forts avec l'Irak afin de ne pas abandonner celui-ci à la sphère d'influence iranienne.

    Mais si un réchauffement semble possible entre Riyad et Bagdad, il ne présage en rien d'un apaisement des tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.