GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: Ankara alerte sur le risque de «guerre civile» en cas de référendum kurde

    media Le ministre turc des Affaires étrangères Cavusoglu lors du meeting tenu à Metz en faveur du «oui» au référendum en Turquie sur la réforme constitutionnelle, en mars 2017. REUTERS/Vincent Kessler

    Le référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien prévu le 25 septembre pourrait conduire à une « guerre civile » en Irak, a mis en garde le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, ce mercredi 16 août.

    L'Irak traversant de nombreux problèmes, « un référendum d'indépendance ne fera qu'aggraver la situation », a estimé Mevlüt Cavusoglu, interrogé sur la chaîne publique TRT. « Cela peut mener jusqu'à une guerre civile », a-t-il prévenu. Ankara a régulièrement qualifié ce projet de référendum d'« erreur » et de « menace » pour l'intégrité territoriale de l'Irak.

    Malgré de bonnes relations entretenues avec le leader kurde irakien Massoud Barzani, la Turquie, elle-même en proie sur son territoire à un conflit avec des séparatistes kurdes qui a fait plus de 40 000 morts depuis 1984, est fermement opposée à toute constitution d'un Etat kurde à sa frontière.

    Elle a ainsi déclenché en août 2016 une opération militaire dans le nord de la Syrie pour en chasser les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), mais également pour empêcher aux Kurdes syriens de faire la jonction entre les cantons qu'ils contrôlent dans cette région en proie à une guerre civile. Elle voit également d'un très mauvais oeil le soutien américain apporté aux milices kurdes dans le nord de la Syrie, qu'Ankara considère comme des groupes « terroristes ».

    L'opposition de la Turquie à l'indépendance du Kurdistan irakien, région autonome aux termes de la Constitution irakienne de 2005, est susceptible de mettre en péril la viabilité d'un éventuel Etat kurde. Le Kurdistan irakien tire en effet ses principales recettes de l'exportation du pétrole, et celle-ci se fait via un pipeline arrivant au port turc de Ceyhan.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.