GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Moody's abaisse la note du Royaume-Uni en raison des incertitudes liées au Brexit
    Moyen-Orient

    Syrie: à Raqqa, des dizaines de civils victimes de la coalition anti-EI

    media Une colonne de fumée au-dessus de la ville de Raqqa, le 20 août 2017. REUTERS/Zohra Bensemra

    Des dizaines de civils ont été tués ces derniers jours à Raqqa en Syrie, dans les bombardements de la coalition internationale. Celle-ci tente de reprendre la ville aux jihadistes du groupe Etat islamique, en appuyant les Forces démocratiques syriennes (arabo-kurdes) qui progressent au sol. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) parle de 170 civils tués ces huit derniers jours. Sur la seule journée de lundi (21 août) 42 civils dont 19 enfants et 12 femmes auraient péri. Depuis le début de ces bombardements en Syrie et en Irak en 2014, la coalition internationale n’a reconnu que 624 victimes civiles.

    Originaire de Deir Ezzor en Syrie, Mohammad Khdehr vit en Allemagne depuis 2015. Il travaille pour l'ONG Sound and Picture qui collecte et recoupe les informations transmises par son réseau de correspondants sur le terrain. Joint par RFI, le Syrien en exil comptabilise les victimes et confirme que les frappes de la coalition sont de plus en plus meurtrières. « Rien que la semaine dernière, 125 civils ont été tués par des frappes aériennes de la coalition à Raqqa, c'est un chiffre énorme », explique Mohammad Khdehr qui égrène les raids et leurs bilans, quartier par quartier, immeuble par immeuble.

    « A Raqqa, les gens ont le sentiment que tout le monde veut leur mort... ils ont l'impression de n'être qu'un dégât collatéral, ajoute-t-il, parce que la coalition les tue, le groupe Etat islamique les tue, les Forces démocratiques syriennes les tuent. Tout le monde veut contrôler la ville, peu importe combien de civils meurent. C'est vrai qu'au début des opérations les civils avaient l'espoir de voir leur ville libérée par la coalition. Mais quand ils ont vu que la coalition tuait beaucoup de gens, cet espoir a totalement disparu. »

    Syrie: le CICR s'alarme sur les civils piégés dans les combats à Raqqa

    624 victimes reconnues par la coalition

    La coalition assure qu'elle prend toutes les précautions pour éviter de toucher les civils. Elle affirme enquêter sur les conséquences de ses frappes. Pour sa part, le secrétaire américain à la Défense James Mattis, en visite en Irak, s'en est pris, en allusion à l'EI, à « un ennemi qui se cache derrière les femmes et les enfants et force des innocents à rester sur des lieux qu'il transforme en champ de bataille ».

    Depuis le début de ses opérations en Irak et en Syrie il y a tout juste trois ans, la coalition n’a reconnu que 624 victimes civiles. « Ca n'est pas vrai, le chiffre est bien plus élevé que cela! », assure Mohammad Khdedhr de l’ONG Sound and Picture. « En fait, depuis le début de l'opération, la coalition et les Forces démocratiques syriennes ont fait plus de victimes civiles que le groupe Etat islamique », déplore le Syrien en exil.

    Sound and Picture n’est pas la seule ONG à remettre en cause les chiffres communiqués par la coalition : Airwars, Raqqa is being slaughtered silently ou l’OSDH documentent aussi au quotidien le coût payé par les civils à la guerre contre le groupe Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.