GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 8 Novembre
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Iran: le gouvernement envisage d'autoriser Twitter et YouTube

    media Capture d'écran du compte Twitter du guide suprême Ali Khamenei RFI

    Des discussions sont en cours entre l'Iran et Twitter pour débloquer le réseau social, interdit depuis des années dans le pays mais utilisé par des millions d’Iraniens, dont de nombreux dirigeants du pays.

    Avec notre correspondant en Iran,

    Twitter « a annoncé être prêt à négocier pour résoudre les problèmes », a affirmé Mohammad Javad Azari Jahromi, le jeune ministre des Télécommunications, au quotidien Iran Daily. « Il y a de bonnes bases pour de telles négociations. Twitter n'est pas un [réseau] immoral nécessitant d'être bloqué », a ajouté le ministre de 35 ans, qui vient de prendre ses fonctions.

    Le réseau social est normalement interdit depuis les manifestations de 2009 qui ont suivi la réélection contestée du président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.

    Mais de nombreux dirigeants iraniens utilisent la plateforme. Le bureau du guide suprême Ali Khamenei, en particulier, y possède un compte, tout comme le président Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif. Même Mahmoud Ahmadinejad a rejoint le réseau cette année.

    Des interdictions facilement contournées

    Malgré l'interdiction en Iran de Twitter, Facebook et YouTube, des millions d'utilisateurs y ont accès grâce à un logiciel peu coûteux – environ 1 euro par mois – ou même via des logiciels gratuits disponibles sur le net.

    Mohammad Javad Azari Jahromi, devenu le plus jeune ministre d'un gouvernement iranien et le premier à être né après la révolution islamique de 1979, a indiqué que des responsables tentent de trouver des solutions pour débloquer YouTube, tout en continuant à censurer son « contenu immoral ». Un projet pilote a été lancé pour permettre aux universités d'y accéder.

     → A (RE)LIRE : Présidentielle iranienne: une campagne débridée sur un Internet contrôlé

    Les iraniens plébiscitent également d’autres réseaux sociaux, qui eux ne sont pas bloqués. Ils sont plus de 25 millions à échanger sur Telegram et emploient aussi Instagram ou WhatsApp, qui jouissent d'une grande popularité en Iran.

    Le contrôle plutôt que l'interdiction

    C’est le Conseil supérieur de l'internet, qui comprend des membres du pouvoir judiciaire dominé par les conservateurs, qui est chargé de contrôler l’interdit, d’imposer des interdictions ou des restrictions. Or, les responsables de la justice ont affirmé ces derniers mois qu’ils n’étaient pas partisans d’une interdiction des réseaux sociaux mais de leur contrôle. Un avis partagé par le gouvernement.

    Ces dernières années, ce dernier a largement étendu le réseau internet à travers le pays, ce qui rend difficile toute restriction.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.