GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Processus de paix israélo-palestinien: mission impossible pour Antonio Guterres

    media Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres (à gauche) lors de sa rencontre avec Benyamin Netanyahu (à droite), à Jérusalem, le 28 août 2017. REUTERS/Heidi Levine/Pool

    Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a tenté en vain de convaincre les dirigeants israéliens qu'il a rencontrés ce lundi 28 août de relancer des négociations de paix avec les Palestiniens au point mort depuis plus de trois ans. Une mission d'autant plus difficile que Benyamin Netanyahu et son gouvernement ont d'autres priorités.

    Avec notre correspondant à Jérusalem,  Christian Brunel

    Entre le secrétaire général de l'ONU et les dirigeants israéliens, la discussion a tourné au dialogue de sourds. Antonio Guterres n'est pas parvenu à faire partager ce qu'il appelle son « rêve de voir un jour en Terre sainte deux Etats vivre dans la paix et la sécurité ».

    Du côté israélien en effet, les négociations avec les Palestiniens sont pratiquement hors sujet actuellement. Pour Israël, l'ONU ferait mieux de donner ordre aux casques bleus déployés au sud du Liban d'empêcher les combattants du Hezbollah de s'approcher de la frontière israélienne.

    Autre message : les Nations unies devraient agir pour éviter que des militaires iraniens occupent les positions perdues par les jihadistes du groupe Etat islamique en Syrie, ce qui pourrait menacer la sécurité d'Israël. Pour couronner le tout, Benyamin Netanyahu s'en est pris « à l'obsession absurde des Nations unies contre Israël ».

    Antonio Guterres a bien tenté d'arrondir les angles, en dénonçant le terrorisme, les incitations à la haine et l'antisémitisme, mais sans grand succès. Et ce d'autant plus qu'il a critiqué la politique de colonisation israélienne en Cisjordanie et a Jérusalem-Est.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.