GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Liban rend hommage à ses soldats assassinés par l’EI

    media Des militaires libanais portent le cercueil de l'un des soldats assassinés par le groupe Etat islamique durant des funérailles officielles, le 8 septembre 2017. REUTERS/Jamal Saidi

    Plus d'une semaine après le départ des derniers combattants du groupe Etat islamique du territoire libanais, le pays a rendu hommage ce vendredi 8 septembre à ses soldats enlevés il y a trois ans, puis assassinés par les jihadistes.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Nicolas Feldmann

    Dix cercueils sont alignés sur l'esplanade du ministère de la Défense, chacun recouvert du drapeau libanais. A la tribune, le président Michel Aoun s’adresse aux familles des militaires assassinés il y a trois ans par les combattants du groupe Etat islamique : « Ils ont consolidé la sécurité de notre société. Aujourd’hui, c’est un mélange de sentiments, un sentiment de douleur et de tristesse mêlées à de la fierté. »

    Leila Nara ajoute la colère. Cette mère de famille porte au poignet un ruban noir. « Ce sont nos soldats. Je réclame au président de la République la peine de mort », dit-elle. Une sentence que demandent aussi certains proches des militaires assassinés. « Le gouvernement, depuis plus de 12 ans, n’exécute pas. Va-t-il le faire sous la pression populaire ? C’est une question qui reste à clarifier. Bien qu’étant solidaire avec ses martyrs, la société libanaise est divisée », constate Ghassan Moukheiber, député de la majorité présidentielle.

    D’autres questions agitent la société : les autorités ont-elles manqué à leur devoir lors l’enlèvement des soldats en 2014 ? Comment les assassins des militaires ont-ils pu fuir sans être jugés ? Le président de la République a annoncé ce vendredi matin la création d’un comité chargé de répondre à ces interrogations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.