GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Indépendance des Kurdes d'Irak: «Nous ne retarderons pas le référendum»

    media Le président du Kurdistan irakien, Masoud Barzani, lors d'un meeting sur le référendum du 25 septembre, jeudi 14 septembre à Zakho. REUTERS/Ari Jalal

    Le Parlement du Kurdistan irakien a lancé vendredi 15 septembre 2017 un processus qui pourrait conduire à l'indépendance de la région autonome. Un référendum est prévu dans moins de 10 jours, malgré l'avis défavorable du gouvernement de Bagdad et les craintes des Etats-Unis et des pays voisins comme la Turquie ou l'Iran. Mais dans un discours, le président kurde, Massoud Barzani, a assuré qu'il n'entendait plus revenir en arrière.

    Le Parlement de la région autonome du Kurdistan irakien, située dans le nord du pays, a approuvé vendredi soir la tenue le 25 septembre prochain d'un référendum sur l'indépendance.

    Quelque 5,5 millions de Kurdes irakiens sont appelés à se prononcer. Une consultation non contraignante, mais qui a ses détracteurs.

    Sans surprise, le scrutin est rejeté par Bagdad. Mardi, le Parlement fédéral d'Irak a voté contre, afin de « protéger l'unité » du pays. Il a ensuite limogé le gouverneur de Kirkouk, qui avait décidé d'organiser le référendum alors que cette province riche en pétrole ne dépend pas de l'actuel Kurdistan irakien.

    Préoccupation hors d'Irak également

    Ce vote inquiète aussi les pays voisins, comme la Turquie ou l'Iran, deux Etats qui tentent aussi de réfréner les velléités séparatistes de leur propre minorité kurde.

    Ankara juge la décision très mauvaise et prévient que le scrutin aura un coût. Un avertissement qui touche directement au portefeuille du Kurdistan, puisque pour exporter son pétrole, la région autonome passe par un port situé en Turquie. C'est de là qu'elle tire l'essentiel de ses recettes.

    Au-delà des voisins, le référendum préoccupe aussi les Etats-Unis. Washington le juge déstabilisant pour la région ; des tensions entre Bagdad et Erbil, la capitale de la région autonome, pourraient détourner les forces kurdes et irakiennes de la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique.

    Nous n'avons toujours pas eu vent d'une proposition alternative au référendum sur le Kurdistan. Nous avons vaincu le groupe Etat islamique et nous pensions donc que le gouvernement irakien nous récompenserait pour cela, et donnerait sa bénédiction à notre décision d'avoir notre propre Etat. Mais au contraire, Bagdad s'est soulevé contre nous. Donc, nous ne tiendrons pas compte de ce qu'ils demandent. Nous ne retarderons pas le référendum
    Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien 16/09/2017 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.