GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Zones de désescalade en Syrie: Téhéran et Ankara annoncent l’envoi de troupes

    media Les pourparlers d'Astana sur la Syrie, vendredi 15 septembre 2017. REUTERS/Mukhtar Kholdorbekov

    Les négociations politiques sur le conflit syrien patinent à Genève. Mais celles qui concernent la situation militaire, et qui se déroulent à Astana, au Kazakhstan, se font désormais sentir sur le terrain. Ces discussions sont parrainées d’un côté par la Russie et l’Iran, des alliés du régime syrien, et de l’autre par la Turquie, qui soutient des rebelles.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Nicolas Feldmann

    Quatre zones de désescalade ont été dégagées. Vendredi 15 septembre, Moscou, Téhéran et Ankara ont annoncé l’envoi prochain de troupes dans l'une de ces zones, situées dans le nord de la Syrie. La mission de ces forces de contrôle : prévenir les incidents et les accrochages.

    L’accord trouvé à Astana, où des discussions ont lieu depuis janvier, concerne la région d'Idleb, dernière région encore largement contrôlée par les rebelles. Concernées aussi : certaines parties de Lattaquié, Hama et Alep. Ces trois villes sont actuellement aux mains du régime de Damas.

    Principal bénéficiaire de l'accalmie : le régime Assad

    Il y a quatre mois, des zones de désescalade avaient déjà été définies. À certains endroits, des policiers russes se sont déployés. Selon l’ONG Observatoire syrien des droits de l’homme, dans ces régions, « le nombre de morts y a baissé de manière significative. Les bombardements ont presque cessé. »

    Principal bénéficiaire de cette accalmie, le régime syrien, puisque ces accords excluent le groupe Etat islamique et l’ex-front al-Nosra. L’armée syrienne et ses alliés ont donc pu concentrer leurs forces contre ces groupes armés. Depuis le mois de mai, note l’OSDH, Damas a ainsi doublé le territoire sous son contrôle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.